VDN : « Denain frappe un grand coup »

Publié le

Antoine Belkessa 01

"Petite" revue de presse aujourd'hui, anglée uniquement sur la "perf" de notre équipe de Denain-Voltaire, vendredi dernier, sur son dauphin au classement, Bordeaux... et ce avant la "grande" revue de presse du mardi, à savoir celle de l'ensemble des rencontres de la 14e journée de NM1.

saint-nicolasTrois articles pour le prix d'un, donc, en ce lundi 6 décembre 2010. J'en profite juste pour souhaiter une Joyeuse Saint-Nicolas aux enfants du club... et à tous ceux qui liront ces quelques lignes !!!

ALLEZ VOLTAIRE !!!

 

Revue de presse

 

Denain frappe un grand coup

Après avoir mis un genou à terre à Souffelweyersheim lors de la onzième journée, Denain a superbement récupéré, trois épisodes plus loin et son joker grillé, en renvoyant Bordeaux, son dauphin, à ses chères études (80-64).

L'enjeu, très important pour les deux formations même s'il reste encore vingt matches à batailler, était certainement la cause du lot de maladresses des toutes premières minutes. Bordeaux s'en sortait un peu mieux et menait le bal (9-17, 7e). Dans sa salle Degros, les mauvais débuts de matchs deviennent malheureusement une sale habitude pour Denain...

Gacko en feu !

Cette période de flottement n'allait pas perdurer. Amadou Gacko (12 points, 5 rebonds, 2 passes décisives, pas un ballon perdu en 20 minutes de jeu) avait mis le bleu de chauffe vendredi. Il sortait des actions personnelles de grande qualité et ses six points d'affilée, ajoutés à une très bonne présence sous les cercles, allaient remettre Voltaire sur la bonne voie (19-21, 10e).

Il était imité un peu plus loin par Belkessa qui postait Denain pour la première fois au commandement (23-21, 12e). Le travail de sape de la bande à Marc Silvert commençait à faire ses effets et les Bordelais, s'ils ne rompaient pas, pliaient au fil des actions et des minutes (37-28, 19e ; 40-31, 20e).

Dans les gradins, les supporters denaisiens y croyaient fermement, leurs protégés aussi. La révolte girondine survenait toutefois des mains de Darrigand (40-34, 21e), mais dans la foulée, celui que tout le monde redoutait, l'Américain John Ford, remettait tout par terre par une énième contestation qui lui valait une anti sportive (4e faute, 22e). Il est vrai que le longiligne visiteur avait eu droit à un traitement de faveur dispensé par le maître à jouer denaisien dont il n'était jamais parvenu à se sortir... Du coup les équipiers de Minet repartaient de plus belle vers la victoire. Les contacts devenaient de plus en plus rugueux, la tension montait, mais le scénario ne changeait pas d'un poil, avec encore et toujours ce Gacko des grands soirs qui en remettait une couche (61-49, 30e).

Ford y croyait encore mais Brocheray lui faisait comprendre qu'il était là et bien là sous les cercles. Fatigué, Bordeaux voyait sa flamme décliner, malgré quelques regains de vigueur par intermittences (65-57, 34e). C'est là que Quincy-Jones allait l'assommer définitivement de deux perles bien brillantes (80-64).

Robert place

w Article et photo parus dans La Voix des Sports du lundi 6 décembre 2010.

 

Denain coule son dauphin

Ce matin, en se réveillant, les basketteurs denaisiens devaient arborer un large sourire. Après leur victoire sans appel (80-64) sur Bordeaux, son dauphin, vendredi soir dans sa salle, Denain Voltaire est plus que jamais leader de N1.
Encore auteurs d'un départ poussif (7-13), les Denaisiens ont recollé à la fin du premier quart (19-21), avant de faire l'écart dans la période suivante (40-31). Les basketteurs ont ensuite contrôlé (53-43, 67-57) une équipe bordelaise très énervée et incapable de déjouer les plans de l'entraîneur Marc Silvert ou l'envie des joueurs locaux.
Denain a fait la loi dans la raquette (40 rebonds à 27), avec, notamment, un énorme Renaud Brocheray (10 points, 16 rebonds). Mais aussi dans le jeu collectif (13 passes à 6). Côté points, les Denaisiens se sont partagés le scoring. Minet, Belkessa, Gacko, Mihalic et Brocheray : ils sont cinq à avoir inscrit dix points ou plus. Sauret et Lalugba, intéressants en défense et dans le travail de sape (huit fautes provoquées) ont été moins efficaces sur la feuille de stats. Denain, qui vient de remporter une petite finale et de mettre fin à la belle série bordelaise (11 victoires consécutives), désormais à deux victoires, aura besoin de tout le monde pour les trois derniers matchs avant la fin des matchs aller. Notamment dès samedi prochain, avec un déplacement périlleux à Saint-Quentin, troisième de N1, et qui vient littéralement d'exploser Get Vosges (81-110).
Vincent Billet
w Article paru dans L'Observateur du Valenciennois (version vweb) du samedi 4 décembre 2010.
 
JSA Bordeaux : Palfroy en sort frustré
Suite à la défaite chez le leader (80-64), le coach bordelais en veut à l'arbitrage. Il ne fait pas encore une croix sur la 1re place.

« Sud Ouest ». La défaite à Denain vous oblige-t-elle à faire une croix sur la 1re place, synonyme de montée directe ?

Alexandre Palfroy. Absolument pas, la saison est encore longue. Il n'y a rien de catastrophique à perdre sur le terrain du leader. La seule chose qui m'embête, c'est de perdre de 16 points. Ils auront une grosse marge pour le match retour. On fera tout pour les battre de 17 points.

Leur défense vous a particulièrement gênés…

On a eu du mal à s'adapter sur l'ensemble du match. John (Ford) joue 11 minutes en trois quart-temps, les rotations ont été compliquées sur le poste 5. Sans son expérience, on a commis des erreurs qu'on ne fait pas d'habitude.

Ne regrettez-vous pas de l'avoir fait sortir si tôt dans le match ?

C'est une question à laquelle il est difficile de répondre. C'est mon choix sur le moment. J'en veux particulièrement à l'arbitrage. John prend deux fautes qui n'y sont pas, il s'énerve et prend une technique. Il n'a pas à faire ce geste mais dans le contexte, c'est très sévère. Les arbitres se sont pris pour les cow-boys de service. John s'est fait arbitrer comme un rookie. Mais cela n'enlève rien à la victoire de Denain, ils ont su en profiter. Ce qui nous a manqué, c'est l'apport du banc. Il va falloir travailler là-dessus parce que c'est un vrai problème.

Dans quel état sentez-vous le groupe après une telle défaite ? N'a-t-il pas pris un gros coup sur la tête ?

On est sorti de ce match avec un gros sentiment de frustration par rapport à l'arbitrage. On a manqué de lucidité. Il va falloir transformer cette frustration en motivation dès lundi (NDLR : aujourd'hui) pour bien travailler cette semaine en vue du prochain match face à Saint-Étienne (NDLR : vendredi à domicile à la salle Jean-Dauguet).

Les JSA Bordeaux vont jouer deux matches consécutifs à domicile (face à Saint-Étienne et Saint-Quentin). Après le revers de ce week-end, ils sont décisifs ?

C'est là où on reconnaît les grandes équipes. Après sa défaite face à Souffelweyersheim, Denain avait rebondi aussitôt face à Get Vosges. Il faudra en faire pareil. Le groupe sera réactif, j'en suis convaincu. Le championnat est encore long, il faut continuer à mettre la pression aux Nordistes en espérant un faux pas de leur part en attendant le match retour.

w Article paru dans Sud Ouest du lundi 6 décembre 2010.

Commenter cet article