Denain toujours sur une bonne dynamique !

Publié le

Denain-Orchies 13

 

Allez, on ne vas pas se gêner : petit retour sur la magnifique victoire de notre équipe de Denain-Voltaire, vendredi soir, face à son homologue du BC Orchies. C'est ci-dessous que ça se passe...

ALLEZ VOLTAIRE !!!

 

Revue de presse

 

Denain reçu cinq sur cinq !

En remportant de belle manière le derby face à Orchies, Denain a engrangé son cinquième succès d'affilée tout en se positionnant de plus en plus comme le favori pour la montée directe en Pro B.

Les Orchésiens savaient que ce court déplacement serait périlleux et il le fut d'autant plus qu'ils étaient privés de TJ Parker, victime d'une entorse de la cheville lors de la dernière rencontre.

Après des maladresses au démarrage des deux côtés, Denain prenait l'avantage en dominant le rebond offensif (8-0, 3e). Sans s'affoler Orchies revenait dans son sillage par Kennedy et Soeria Ouamba (10-9, 5e). On pensait alors que cette rencontre entre voisins allait être équilibrée mais il n'en fut rien. Les causes ? Une équipe denaisienne qui appuyait sur le champignon pour repartir de l'avant par Brocheray et Quincy-Jones avec un 13-0 de derrière les fagots (23-9, 9e) et une équipe orchésienne en panne d'adresse (48 % au repos pour Voltaire contre 28 %, il n'y avait pas photo).

Namyst remplace Delaliaux

« C'est comme cela depuis le début de saison. Un manque de confiance », avouait Pascal Delaliaux après coup. Le coach orchésien en paya d'ailleurs le prix. Le lendemain, il était démis de ses fonctions et aussitôt remplacé par l'ex-Lillois Philippe Namyst.

Ses hommes grignotaient bien un peu (32-24, 16e) mais les équipiers de Minet en remettaient une couche pour virer au repos avec un matelas douillet (45-26). Un peu de déconcentration denaisienne et un regain d'abnégation en face faisaient que l'écart se stabilisait, Orchies remportant même le 3e quart (62-45, 30e). Rien de bien grave pour Denain qui en avait gardé sous les baskets, alors que dans les gradins, les deux camps de supporters avaient des réactions bien différentes. La soupe à la grimace chez les Orchésiens, alors que du côté de Denain, l'euphorie ne cessait de s'accroître.

Coutumiers du travail bien fait, les Denaisiens n'allaient rien lâcher dans la dernière période. Interceptions, séquences collectives, travail de sape sous les cercles, tout en appliquant les systèmes mis en place durant les nombreuses heures d'entraînement hebdomadaires, ils terminaient en trombe pour finalement s'imposer assez facilement et logiquement.

Robert Place

w Article paru dans La Voix des Sports du lundi 4 octobre 2010.

 

 

Le BCO a mesuré le chemin qui lui reste à parcourir

On s'en doutait : ce dernier week-end allait être agité côté BCO, tout comme le précédent. Mines réjouies et allégresse fin septembre, contrariétés, dépits et inquiétudes début octobre. Le score est sans appel face à Denain : 90-62 (notre édition d'hier).

Si la défaite était pratiquement programmée vu l'aisance actuelle des Denaisiens, c'est la façon dont a perdu le BCO qui désoriente. Faillite collective, faillite morale ? Il y a vraiment de quoi se poser des questions pour l'avenir à moins que dirigeants, staff technique et surtout joueurs ne réagissent vivement, quoique Challans avait mordu la poussière de la même façon salle Jean-Degros.

 Les statistiques parlent d'elles-mêmes : 34 % de réussite aux tirs contre 52 à Denain. 38 rebonds contre 45, 26 points à l'intérieur contre 46 et surtout 47 points aux évaluations contre 105. C'est sûr, il n'y a pas photo ! Dans ce cauchemar, seul Emmanuel Soéria s'en est tiré honorablement mais bien loin de Lalugba ou de Sauret.

 Les commentaires n'étaient pas tendres à l'issue du match. D'abord le coach, Pascal Delaliaux. « Que d'occasions perdues ! Il aurait fallu être plus méchants, plus agressifs. » Ensuite Ludovic Chauvin, ex-joueur orchésien : « C'est dommage ! Denain est plus collectif qu'Orchies. En défense, c'est très fort et Orchies manque visiblement d'adresse. Heureusement à domicile, tout cela va changer. » Puis Frédéric Facq, coach adjoint : « L'adresse a fait défaut mais la différence, c'est dans le caractère. On manque d'agressivité et de présence. C'est dans la tête que cela ne va pas. À noter, les 14 fautes au dernier quart-temps. Mais ce n'est pas à cause de cela qu'on a perdu ! »

 Autre commentaire, celui d'Olivier Viviès, ex-joueur de Pro A : « Le BCO n'est pas assez agressif. Il subit. Il recule alors après, comment réussir les shoots ? Même en défense il subit ! Tout cela doit se travailler car tous les samedis, il faut s'attendre à de tels matchs. La N1, c'est aussi dur que la Pro B, voire plus dur ! Contre une équipe pareille, il aurait fallu être à 200 %. » Enfin Frédéric Szimzack, directeur sportif : « Le BCO, c'est un bateau ivre, un bateau sans pilote. On a vu ce qu'il nous manque mais 30 points c'est dur et c'est beaucoup ! Nos gars ne sont pas bien dans la tête. Là, on a joué contre une vraie équipe et on n'a pas tenu la route. Notre défense a cédé trop facilement. Il va falloir faire quelque chose... » Les supporters - plus de 400 avaient fait le déplacement - se posent des questions également : le BCO ne devrait-il pas recruter un autre joueur à l'intérieur, si ses moyens le permettent ? N'a-t-on pas cru trop vite que le maintien serait une formalité, oubliant les dures réalités de la N1 ?

Plus grave : la conduite de l'équipe ne mérite-t-elle pas un remaniement, histoire de créer un choc psychologique ? C'est dans cette direction que l'on s'est dirigé avec l'arrivée de Philippe Namyst pour remplacer Pacsal Delaliaux (lire ci-dessous).

Jacques Ovart (CLP)

Philippe Namyst nouvel entraîneur

Philippe Namyst sera le nouvel entraineur de l'équipe première du BC Orchies.

Philippe est né à Lille le 12 août 1968, a un curriculum vitae remarquable, il était entraîneur à Lille élu meilleur entraîneur seniors à la saison 2008-2009. Il a assuré la montée du Lille MB en Pro B (2008-2009) et participé aux play-offs avec LMB (2009-2010). Lille MB n'avait pas renouvelé son contrat en juin dernier.

w Article et brève parus dans La Voix du Nord du dimanche 3 octobre 2010 (édition Orchies).

Commenter cet article