Le CASE "out" pour la Pro B !!!

Publié le par ASC Denain-Voltaire PH

logo prob
 
(Presque) bonne nouvelle concernant la "possible" participation, la saison prochaine, de notre équipe de Denain-Voltaire au championnat Pro B. En effet, ce jour, nous avons appris (malheureusement pour eux) que l'Union Saint-Etienne/Roche la Molière ne pourra pas monter en Pro B, malgré son accession sur le plan sportif. Du coup, une place reste vacante...
A ce jour, les Stéphanois ont encore un recours possible devant le CNOSF. Bref, il conviendra de patienter encore un peu. Mais nul doute que nous en saurons davantage très rapidement !!!
En attendant, retrouvez ci-dessous une petite revue de presse concernant cette affaire...
ALLEZ VOLTAIRE !!!
 
Revue de presse
 
Décision chambre d'appel CASE Basket
La Chambre d’appel s’est réunie le 24 juin pour statuer sur le recours intenté par l’association CASE Basket contre la décision prise le 25 mai 2011 par la Commission de Contrôle de Gestion de rétrograder les équipes seniors masculine et féminine de l’association CASE Basket en championnat de Ligue Régionale au terme de la saison 2010/2011.
L’organe d’appel de la Fédération a estimé que les éléments qui lui ont été présentés ne pouvaient suffire à autoriser un engagement en Pro B et LF2 mais pouvaient permettre une participation aux championnats de NM1 et NF1 si et seulement si les engagements pris par un important partenaire et la Ville de Saint Étienne étaient confirmés pour ces divisions.
En l’absence de confirmation de ces engagements, la situation financière du CASE ne pourrait permettre aucune participation à un championnat fédéral.
Il convient de rappeler que le CASE Basket avait été autorisé à participer au championnat NM1 par une précédente décision rendue par la Chambre d’Appel à l’issue de la saison 2009-2010 après l’encaissement d’un important partenariat que la Chambre d’Appel avait mis comme condition à la participation à la NM1.
La Chambre d’appel a constaté que l’association avait été placée en redressement judiciaire en novembre 2010, la situation nette de l’association s’étant aggravée, notamment du fait de la restitution au partenaire des sommes encaissées au 30 juin 2010 et remboursées au mois de juillet 2010.
La décision de la Chambre d’Appel peut faire l’objet d’un recours en conciliation auprès du Comité National Olympique et Sportif Français avant contestation auprès du Tribunal Administratif.
> Source : FFBB.
 
Pas de Pro B pour le Case Basket !
C’est un véritable coup dur pour tous les supporters du club stéphanois : la FFBB vient de leur refuser l’engagement en Pro B.
Les dirigeants du Case Basket avaient pourtant apportés des garanties financières pour éponger les dettes du club mais cela n’aura pas suffit. L’équipe masculine, malgré une montée acquis sportivement, restera au même échelon tandis que l’équipe féminine ne rejoindra pas la Ligue 2 et resterait en Nationale1. La FFBB a également précisé que ces engagements étaient soumis à condition.
Le combat n’est pas fini pour autant puisque les dirigeants du club peuvent encore se tourner vers le CNOSF pour infléchir la décision. Une décision qui serait lourde de conséquences puisque certains soutiens financiers étaient en lien direct avec la montée. Pour rajouter à l’anarchie ambiante, la Ligue et la FFBB ne se sont toujours pas entendues pour savoir qui prendrait la place du Case Basket si ce dernier n’évoluait pas en Pro B : Clermont premier relégué ou Denain deuxième de la saison régulière en Nationale1.
> Source : BasketActu.com.
 
Case : Pro B et Ligue 2 refusées !
La FFBB accepte toutefois de réintégrer les deux équipes en N1 et N1F sous condition. Décision injuste pour le Case qui va porter l’affaire devant le CNOSF.

Alors qu’en quelques jours, le club stéphanois avait trouvé les moyens d’apurer son passif (280 000 euros), réussissant à convaincre ses partenaires de faire plus, mobilisant toutes les énergies, la Fédération française de basket est venue ternir l’horizon. Une fois de plus serait-on tenté d’ajouter. La volonté de la FFBB de s’entourer d’un maximum de garanties confine à l’obsession, voire à l’acharnement contre le Case.

Colère des dirigeants stéphanois, qui disent avoir donné toutes les certitudes quant à la pérennité d’un club auteur d’une saison sportive exceptionnelle. Forts de leur bonne foi, ils vont donc porter l’affaire devant le Comité olympique et sportif, qui leur avait déjà donné raison il y a deux ans et en janvier dernier concernant l’affaire Angelia Crealock.

Début juin, le Case avait fait appel de la décision de la FFBB de rétrograder le club en régionale. Entendu le 24 juin, il n’a manifestement pas été écouté. La FFBB affirme ne pas avoir de certitude quant à la poursuite de l’activité Case basket et refuse donc les montées en ProB et L2F, mais accepte de le maintenir en N1 et N1F sous réserve que la ville de Saint-Etienne et les principaux partenaires privés acceptent l’hypothèse. Au-delà de la colère des dirigeants du Case, cela sonne aussi comme un désaveu du travail du cabinet d’Etienne-Martin, le mandataire judiciaire, qui a mené toutes les négociations pour trouver des fonds et monter un budget.

Concernant l’aide de la ville de Saint-Etienne, la FFBB évoque une « avance de subvention », alors qu’il est écrit noir sur blanc, dans un courrier du cabinet de Maurice Vincent à Me Etienne-Martin, que l’apport de 150 000 euros est « une subvention exceptionnelle 2010-2011 ». Alors que des fonds sont là pour payer les créanciers et sortir du redressement judiciaire, la FFBB refuse sa confiance au Case. En sachant que les soutiens de la municipalité stéphanoise et des sponsors privés sont liés à la montée en ProB, quid de l’avenir du Case ? Le risque de liquidation pourrait être réel. Le mandataire judiciaire a déjà prévenu que dans cette hypothèse, la FFBB en serait tenue pour responsable. Et que le comblement du passif lui serait alors demandé. Enfin, si le Case n’accédait pas à la ProB, qui prendrait sa place ? Clermont, normalement relégué, ou Denain, deuxième de N1 ? La Ligue et la FFBB ne sont pas d’accord. Vous avez dit clarté ?

Valérie Fascia
> Source : Le Progrès.

Commenter cet article