Marc Silvert : « Maintenant, on vise la montée en Pro B ! »

Publié le

silvert-08

 

Et voilou... Ce samedi, dans la presse locale, "coach Marc" - qui "pourrait" resigner pour deux ans à Denain-Voltaire - nous livre ses sentiments sur la saison écoulée et sa vision de la saison à venir... Tout est dans l'interview parue donc ce 29 mai 2010...

 

ALLEZ VOLTAIRE !!!!!!

 

 

Revue de presse

 

Marc Silvert : « Maintenant, on vise la montée en Pro B »

Après une brillante saison pour un promu (4e, éliminé en quarts de finale des playoffs), Marc Silvert, qui sera toujours le coach de l'équipe l'an prochain, dresse le bilan de Denain.

Que retenez-vous du bilan de Denain, la fin décevante, ou le bon parcours du promu ?

« Depuis une semaine, on est en train de faire le bilan avec les joueurs. Il faut faire une analyse globale sans évacuer le dernier mois plus compliqué. L'analyse est simple : fin octobre, après deux mois de compétition, on avait atteint l'objectif du club (un maintien haut). On a été 32 semaines sur le podium. On s'est installé de nouveaux objectifs en allant toujours de l'avant. Ça a été une expérience très enrichissante. On a travaillé dur physiquement, et ça a payé. D'un point de vue tactique, ils ont évolué aussi. »

Quel retour avez-vous eu de la part des joueurs ?

« Globalement, il est très positif. Les joueurs ont apprécié le club, ce qu'on a vécu ensemble, le basket proposé. »

Qu'est-ce qui a fait la réussite de l'équipe cette saison ?

« C'est le sérieux qu'elle a mis dans tout, la manière dont les gens se sont mis au travail. Car il y avait un niveau disparate, des expériences différentes. Et puis il ne fallait rater le début de championnat. Ça a été un élément important (7 victoires en 8 matches). On est rentré sans état d'âme et les joueurs se sont rendu compte très vite qu'ils étaient au niveau. »

Il y a toujours cette pointe de regret depuis le match de Saint-Léonard...

« C'est le tournant de notre saison, une sortie de route qui nous a été extrêmement préjudiciable pour la suite. On joue toujours avec le stress, il en faut un minimum qui sous entend la vigilance. Dans ce match, on s'est retrouvé à + 15 sans rien faire de particulier. Il y a eu un péché de gourmandise contre une équipe qui jouait sa peau. Et on s'est fait prendre par l'euphorie ambiante, en sortant d'un match à Bayonne où tout ce qu'on avait entrepris nous a souri. »

Que vous a-t-il manqué ?

« Si on avait eu deux ou trois joueurs avec un peu plus d'expérience, on aurait gagné ces matches qu'on perd de un ou deux points et on serait peut-être montés directement. Mais avec des « si »... »

Vous n'aviez plus entraîné depuis plus d'un an, On a senti que vous étiez reparti à fond...

« Je suis un passionné, j'ai toujours été de l'avant. Je suis très satisfait de ce qui s'est passé. C'est un boulot enrichissant. Il faut gérer, savoir tempérer dans les deux sens, ne pas avoir de réactions aux antipodes. J'essaie de bien connaître les joueurs, leur état d'esprit, pour les aider à avoir un meilleur niveau de performance. »

Quels sont les enseignements de cette saison pour la composition de la prochaine équipe ?

« Les axes sont simples. Il faut garder le background de cette année avec des joueurs qui connaissent ma méthode et l'expérience vécue avec le club. Il nous faut une colonne vertébrale de Français avec des joueurs dont on sait qu'ils vont bosser pour eux. Si on monte en Pro B, ce sera pour eux, pas pour d'autres. On aura dix joueurs et je pourrai compter sur tous, car il faut avoir l'énergie nécessaire sur toute la durée d'un match. On aura 8 pros et deux jeunes qui auront leur chance. Les étrangers viendront en renfort sur les lignes les plus faibles. »

Est-ce que ça scelle le sort de Torson et Ruikis ?

« Non. Avec John, on est open des deux côtés, lui veut bien rester, nous, on veut bien le garder. Il a amené sa sérénité, sa gentillesse. C'est un parfait équipier. Mais il nous faut aussi des leaders, dans chacune des lignes. »

Quels seront vos objectifs ?

« L'an prochain, on ne va pas jouer le maintien. L'objectif de début de saison, on ne le réalisera pas en deux mois. On vise la montée en Pro B, même si on sait que c'est compliqué. »

Philippe Guilbaud

w Interview et photo parues dans La Voix du Nord du samedi 29 mai 2010.

Commenter cet article