Marc Silvert : « La première place, c'est une course d'endurance »

Publié le

Marc Silvert 01

Un article en semaine traitant de notre équipe de Denain-Voltaire, c'est rare. En fait, c'est dans la presse locale de notre futur adversaire, Saint-Quentin, qu'il fallait le trouver. Voici donc l'article paru hier dans le Courrier Picard : un très bon interview de coach Silvert.

ALLEZ VOLTAIRE !!!

 

Revue de presse

 

Silvert : « Une course d'endurance »

Les Denaisiens et leur entraîneur Marc Silvert sont plus que jamais leaders après leur succès contre Bordeaux. Ils abordent en confiance un nouveau choc à Saint-Quentin samedi.

Treize victoires pour un seul revers. Denain mène la danse en N1 depuis les trois coups du championnat, alors qu'on ne l'attendait sans doute pas à pareille fête cette saison. Hormis un accroc contre le promu Souffelweyersheim (81-88), les Nordistes sont dans les temps de passage pour la Pro B. D'autant qu'ils ont ramené Bordeaux sur terre samedi dernier (80-64). Le point avec Marc Silvert avant un autre match au sommet, samedi à Pierre-Ratte.

On vous imagine très satisfait d'avoir mis un terme à la série de 11 victoires de Bordeaux...

Bordeaux a aligné onze matches sans défaite. Nous en avons fait dix et on en a beaucoup moins parlé. Ils ont battu « Souffel » d'un point, Challans de trois donc je ne suis pas plus impressionné que cela. C'est une belle équipe mais on a montré qu'ils étaient prenables. C'est une des grosses équipes, comme Saint-Quentin.

Qu'est ce qui vous a permis de dominer cette équipe ?

Nous sommes plus performants dans les rotations. trente-quatre points sont venus de mon banc là où le leur en a marqué cinq. On a donc voulu appuyer là où ça fait mal en essayant d'épuiser leurs joueurs cadres. Les seize points d'écart sont importants car c'est un double match, et ça peut compter au final.

Est-ce que le futur premier de la saison régulière se trouve parmi le Top 4 actuel (Denain, Bordeaux, SQBB, Angers) ?

C'est une évidence. Ça ne peut être que ces quatre-là. Chacun peut faire une nouvelle série. La première place, c'est une course d'endurance. C'est le bon ticket pour la Pro B car en play-offs, on jette une pièce en l'air. On va s'accrocher comme des morts de faim à notre place.

Que pensez-vous de la performance offensive réalisée par Saint-Quentin à Epinal samedi (110-81) ?

C'est une belle démonstration offensive, favorisée par le jeu débridé de GET Vosges. SQBB a été capable de mettre du rythme, et sera en confiance pour nous recevoir.

Que redoutez-vous de cette équipe saint-quentinoise ?

Lesieu on connaît. Howell et Sencanski sont de gros shooteurs. Diallo, que j'ai connu au CO Beauvais (ndlr : Silvert a été le dernier entraîneur du club avant qu'il ne disparaisse en 2005), est un compétiteur. Rambur a une grosse maturité. Et Jason Bach peut faire très mal... Ils ont ce qu'il faut à tous les postes. Ce sera dur pour nous mais si on perd, c'est un moindre mal. Alors que si Saint-Quentin perd, il aura quatre victoires à combler sur nous. Ce sera un match très ouvert.

Si Denain parvient à monter, est-il prêt pour la Pro B ?

Notre budget, actuellement derrière six ou sept équipes (ndlr : 700 000 €), pourrait doubler. Donc oui, bien sûr, on acceptera la montée. D'autant que nous avions plus de 2 000 personnes au dernier match. Le bouche à oreille fonctionne et nous avons plus que doublé le nombre de spectateurs depuis le début de saison.

À Saint-Quentin, ça respire encore le basket car les grandes années sont moins lointaines que nous. Chez nous, depuis 25-30 ans, ça a eu le temps de retomber. Mais Denain pourrait renaître de ses cendres, ce serait une belle histoire.

Propos recueillis par MAXIME PIQUET

w Interview et photo parus dans Le Courrier Picard du mercredi 8 décembre 2010.

Commenter cet article