Les portraits de Stéphanie : Alexis Bruyère

Publié le par Stéphanie

Denain-Le Puy 08

Voici un nouveau portrait, proposé par Stéphanie à travers la revue du club, distribuée lors des matchs de notre équipe de Denain-Voltaire à domicile (ici, le soir du match Denain-Le Puy du 18 décembre). Comme tout le monde n'a pas la chance de pouvoir se rendre à tous les matchs, voici le nouveau portrait de Stéphanie...

À noter : retrouvez tous les portraits déjà mis en ligne dans la coonne à droite, en-dessous de la photo d'équipe !!!

Et pour ce portrait n°7, découvrir qui est vraiment Alexis Bruyère ! ;)

ALLEZ VOLTAIRE !!!

 

Portrait n°7 : Alexis Bruyère

Arrivé cet été en provenance du Centre de Formation du BCM, Alexis est venu à Denain avec une grosse envie de travailler afin de continuer à apprendre et de gagner en expérience. Totalement intégré dans un groupe où il est le plus jeune, tantôt chambré, tantôt chambreur, il est l'un des éléments clé de la bonne ambiance qui règne dans l'équipe cette année. Alors, faisons ce soir plus amples connaissances avec Alex !

Carte d'identité

Nom : Bruyère.

Prénom : Alexis.

Numéro : 15.

Date de naissance : 15/11/1989.

Lieu de naissance : Malo-Les-Bains.

Nationalité : Française et Belge.

Taille : 2m03.

Poste : Intérieur.

Au club depuis : Août 2010.

Études : Licence 3 STAPS (science et technique des activités physiques et sportives) spécialité management du sport.

Surnoms : Alex, Pascal (par l’équipe, parce que je suis leur grand frère), Paschal (par Belkess…), Elbow razor (par Jerry), et d’autres tenus secrets...

Parcours sportif : BCM Malo-Les-Bains puis JLSAT Teteghem (avant 2005/2006), Cadets Région BCMGG Grand Fort (2005/2006), Cadets France BCM Gravelines (2006/2007), Espoir professionnel BCM Gravelines (2007/2010), Denain (2010/2011).

Alexis vu par... Alexis

Côté terrain

Un basketteur : Shaquille O'Neal.

Une basketteuse : Ann Wauters.

Une équipe de basket : BCM Gravelines.

Un sport autre que le basket : le foot, surtout avec mon frère et des copains.

Un sportif : mon frère Maxime, basketteur ou mon père Philippe, ex-basketteur.

Une action de basket : un sky look.

Un souvenir basket : ma première année en Cadets France avec un super coach.

Ton point fort en basket : ma cambattivité et mon hook shoot.

Ton point faible en basket : les points faibles, ça se bosse, ça ne se dévoile pas !

Un objectif : toujours bosser et progresser.

Côté maison

Un plat : tous les plats de ma mère et ma grand-mère.

Un pays : l'Espagne.

Une ville : Santa Ponça de Mallorque.

Un animal : le Saint-Bernard, surtout le mien.

Une couleur : le rouge ou le blanc, pour Denain bien sûr !

Un film : Inglorious Basterds.

Un acteur : Russel Crowe.

Hobbies, centres d'intérêt : les jeux vidéo (pour mettre la misère à Dez et Amad), la télé, les amis, les sorties, les ballades en ville, le shopping, le téléphone portable (mais pas autant que Bo !).

Ton plus gros défaut : la patience.

Ta principale qualité : généreux.

L'interview

Pourquoi, à l’intersaison, as-tu choisi de rejoindre le club de Denain ?

Durant mes années espoirs, j’ai progressé énormément et voulant continuer cette progression, il me fallait choisir un club ou j’aurais une quantité et une qualité d’entraînements conséquents à un niveau relevé mais aussi une qualité de vie que j’ai toujours eu chez mes parents. Ceci pour me donner de nouveaux défis et gagner en expérience à travers un minimum de temps de jeu car rien ne remplace le terrain. C’est ce qui m’a été proposé à Denain par Marc, le coach et Georges, le Président, l’année dernière.

Comment te sens-tu dans ton nouveau club et dans ta nouvelle équipe ?

L’ambiance de l’équipe est agréable et travailleuse. Les gars sont là pour réaliser quelque chose de bien ensemble. D’autant plus qu’on est entouré d’un bon staff et d’un bon public. C’est un club où je me sens bien.

Comment analyses-tu votre défaite à Saint-Quentin la semaine dernière ?

Après le match de Bordeaux remporté, nous avions encore une belle affiche devant nous. Les spectateurs à Saint-Quentin étaient au rendez-vous dans une salle comble. Durant le match, nous avons déroulé notre jeu offensif et trouvé beaucoup de paniers intérieurs qui sont notre force. Malheureusement, notre adresse aux shoots primés a été défectueuse tout au long du match malgré un shooting matinal plus que bon. Ce n’est que notre deuxième défaite de l’année et je sais que l’équipe va rebondir. Nous restons premiers et nous avons un début de phase retour plutôt favorable. Il faut rester positif et travailler.

Quels vont être les points forts de l’équipe cette année ?

Les points forts de l’équipe sont sa complémentarité et sa longueur de banc. Tous les joueurs peuvent en remplacer un autre à son poste. Nous avons aussi une belle ligne arrière. Il faut aussi rajouter à tout cela l’expérience de chacun et « l’exploiteur de talents » qu’est Marc.

À quel âge as-tu commencé le basket ? Pourquoi as-tu choisi ce sport ?

J’ai commencé le basket en benjamins 1ère année. Auparavant, j’ai essayé plusieurs sports tels que le judo et le foot. J’ai choisi le basket car mon père y a longtemps joué et je passais souvent mes week-ends dans des salles de sports. De plus, mon frère, plus âgé que moi, avait commencé avant, j’ai donc voulu le suivre.

L'équipe vu par... Alexis

Nous avons demandé à Alex, en tant que rookie de l'équipe, de nous faire une petite revue d'effectif humoristique.

Antoine Belkessa : chambreur, amoureux.

Renaud Brocheray : charrieur.

Amadou Gacko : gentil, mais pas assez.

Antoine Hersin : beau gosse.

Boakaï Lalugba : cool, costaud et séducteur.

Jernej Mihalic : bosseur et gourmand.

Frédéric Minet : cultivé (à quand Fred à Questions pour un champion ?).

Desmond Quincy-Jones : le plus américain des Français.

Julien Sauret : alias le pitbull calme (ou pas).

Guévin Toto : l'antillais spécialiste du floater.

Le coach : passionné, expérimenté, professionel.

Rémi Delannoy : Mr Vidéo, Rémi, alias Phil Jackson.

Laurent Jouglet : profesionnel mais sadique ! Après un lundi à bosser avec Laurent, je ne sens plus mes jambes pendant trois jours !

Commenter cet article