Le match de référence... enfin, pour les Stéphanois !

Publié le

CASE-04

Samedi soir, notre équipe de Denain-Voltaire est complètement passée à côté de sa première mi-temps, laissant ainsi filer les Stéphanois vers une victoire méritée (93-75), à la grande satisfaction de leur coach (photo Le Progrès). Un point positif cependant lors de ce match : le "bon" match de Mantas Ruikis, fraîchement arrivé au club.
Je ne vais pas m'attarder sur cette défaite, le coeur n'y est pas. Je suis juste étonné de ne pas voir d'article dans lavoixdessports.fr ! Donc, aujourd'hui, je ne vous proposerai que l'article paru dans Le Progrès...



Le match de référence
De bout en bout, les Stéphanois ont montré qui était le patron samedi soir.
«A vouloir trop avoir, l'on perd tout». Denain qui se voyait trop vite en Pro B aurait peut-être dû méditer ce proverbe et se méfier d'avantage des Verts. Pas épargnés par les blessés, s'entraînant dans un gymnase toujours aussi glacial, on ne s'attendait pas à un tel spectacle samedi soir ! Le peu de supporters venus encourager les Verts n'ont pas regretté leur déplacement. «Le contexte n'était pas facile, il n'y avait quasiment personne dans la salle, on avait l'impression que c'était un match amical. Nous avons besoin du public et je remercie tous les supporters qui ont fait le déplacement» souligne Fabien Romeyer.
Si dehors un grand manteau blanc recouvrait Saint-Etienne, dedans c'est le vert qui l'emportait. En effet, de la première à la dernière minute, les Stéphanois n'ont rien lâché face à l'une des meilleurs attaque du championnat. Avec 21 rebonds, 13 interceptions, 22 lancers-francs, 17 passes décisives, le surnom des «Loups Verts» prenait toute son ampleur. Chaque joueur jouait son rôle à cœur et défensivement l'entraide était de mise. Derrière, l'attaque suivait avec une complémentarité exemplaire. Les intérieurs affichaient leur adresse à trois points et les ailiers s'en allaient dunker, la machine était bien huilée. Mais d'où vient ce retournement de situation?
«Tout d'abord, il y a eu un gros travail du staff médical avec Jean-Claude Rubi et Eric Chave car nous ne pensions pas jouer avec toute l'équipe. On sait que nous allons être sur la corde raide toute l'année et ils ont permis à certains joueurs de continuer à s'entraîner tout en étant blessés. Nous avons réalisé un bilan pendant la trêve et nous avons étudié nos faiblesses. On a montré aux joueurs par des chiffres et par de la vidéo qu'il fallait un réveil défensif, surtout dans la première mi-temps. En tenant les vingt premières minutes, nous étions dans les matchs. Là, nous avons été capables de corriger nos erreurs.» Et ce ne sont pas les Nordistes complètement décontenancés qui diront le contraire. Et pour preuve, ils s'appuyaient sur Ruikis, leur dernière recrue qui jouait son premier match (34mn de jeu, 17pts). A plusieurs reprises, ils tentaient de résister à l'avalanche stéphanoise en changeant de défense en vain ils lâchaient prise et restaient dans la poudreuse. Le coach stéphanois pouvait être satisfait: «On a retrouvé un vrai équilibre dans l'équipe. On a bien contrôlé le match. C'est la première fois que j'ai pu aligner le cinq majeur depuis le début de saison. Pour moi c'est le meilleur match.»
Anne-Laure Negro
w Article et photo parus dans Le Progrès du lundi 11 janvier 2010. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article