Le quart de finale à domicile... Et maintenant, le Final Four ?

Publié le

Silvert-06

 

QUELLE soirée !!! Menée pendant la quasi-totalité de la rencontre, notre équipe de Denain-Voltaire a cependant tenu le coup jusqu'au bout et s'est finalement imposée dans son ultime rencontre du championnat régulier, face à Saint-Étienne. Un match haletant, où ce sont mêlés crainte et joie : c'est ce qu'ont vécu les supporters denaisiens qui s'étaient rendus à la salle Jean Degros hier soir.

 

Lors de cette 34e et dernière journée de championnat, Denain devait gagner, et les gars ont tout fait pour y parvenir (victoire 103 à 95). Dans le même temps, on espérait une défaite de Boulogne à Saint-Quentin : le SQBB a réussi une excellente fin de match (comme Denain...) et s'impose de deux points devant ses supporters... et accède in-extremis aux playoffs. Comme si cela ne suffisait pas, Angers BC a également perdu à domicile face à Angers EOSL ! Du coup, DENAIN TERMINE SA SAISON À LA 4e PLACE !!! Oui, vous lisez bien : le promu denaisien termine à la 4e place. Qui l'eût cru en début de saison ? Certains articles de presse spécialiste ne nous promettaient-ils pas une place dans la seconde partie du tableau ? Et puis, pour boucler la boucle, certes Denain est donc 4e au classement de NM1, mais il est aussi 2e ex-aequo avec Le Puy (autre promu) et Challans... mais derrière à cause d'un goal-average particulier en notre défaveur.

 

Maintenant, il reste trois matchs maximum pour rêver du paradis : la Pro B. En quart de finale, les hommes de Marc Silvert recevront donc au complexe sportif de Denain, et pas n'importe quel concurrent : Angers BC. Denaisiens et Angevins se sont chacun imposés à domicile cette saison, d'une courte tête : 75-73 pour Denain le 5 décembre, 86-84 pour Angers BC le 17 avril. La rencontre est donc complètement indécise !

 

Ci-dessous, la revue de presse de ce jour. Bizarre, rien ne fait référence aux playoffs et surtout de la réception du quart de finale au complexe sportif, ce qui constitue tout de même LA nouvelle de la soirée !!! Mais bon, ça reste mon avis...


Bonne lecture et... ALLEZ VOLTAIRE !!!


Revue de presse

 

Denain s'impose aux forceps face à Saint-Étienne

Au terme d'une rencontre disputée sur un rythme soutenu, Denain, mené de nombreuses minutes, est revenu du diable vauvert pour s'imposer.

Les deux formations adoptaient d'entrée de jeu une défense individuelle assez haute et étaient également assez maladroites aux tirs pour l'instant : 2-2 (3e). Pas pour longtemps car Harris se montrait efficace et rivalisait avec Ruikis, Belkessa et Torson : 10-11 (5e). 

Denain allait chercher de plus en plus haut le porteur du ballon, ce qui contrariait la construction des actions visiteuses, tout en lui permettant de tenir le choc : 14-16 (7e). Nonobstant cela, les Stéphanois jouaient crânement leur chance et trouvaient des tirs ouverts que Quincy Jones, Gunnarsson et Gillet en profitaient pour prendre un peu le large : 17-25 (8e), sans même se soucier du rebond offensif. Minet trouvait bien la cible mais rien n'y changeait : 19-30 (10e). Trente points encaissés dans ces dix premières minutes c'était beaucoup trop, Voltaire allait devoir resserrer les boulons derrière.

Révolte

Saint-Etienne continuait d'arroser copieusement et efficacement le panier adverse : 21-41 (13e). Déjà quelques sifflets émanaient des gradins et la révolte ne pointait toujours pas ou peu. Ruikis prenait alors le match à son compte et il y avait enfin un semblant de mieux : 27-43 (15 e). Bach se mettait au diapason et l'espoir revenait : 41-46 (18e), un 20-5 étant le bienvenu. Mi-temps : 41-50.

9/18 à 3 points pour le CASE (Gunnarsson 5/8), le mal venait de là. Les intérieurs denaisiens Gouacide et Torson étaient toujours peu à l'aise face à leurs homologues (deux points en première mi-temps) et les hommes de Marc Silvert, subissaient encore : 46-56 (23e) avant de se reprendre de nouveau : 56-63 (25e). Cette fois, la partie était plus équilibrée avec un Torson enfin à son niveau, tout comme Gouacide qui commençait à sortir de sa tanière : 63-68 (27e), 73-79 (30e). Tout était encore possible mais il allait falloir se retrousser encore plus les manches. Harris écopait de sa 4e faute (32e), Torson scorait, imité par Belkessa et la rencontre était de plus en plus folle : 80-84 (34e). Denain y croyait toujours, : 82-85 (35e), Minet égalisait dans un vacarme infernal : 85-85 (36e) et Belkessa plaçait ses couleurs aux commandes : 87-85 (36e). Quel match ! Les esprits s'échauffaient. Harris sortait définitivement (39e) et finalement Denain avait le dernier mot.

Robert Place

DENAIN - SAINT-ETIENNE : 103-95 (19-30, 22-20, 32-29, 30-16).

Arbitres : MM Eseceli et Taffin.

- DENAIN : 37 paniers (dont 8/20 à 3 pts) sur 62 tirs, 21/26 LF, 32 rebonds, 10 passes décisives, 12 balles perdues, 17 fautes. 1 joueurs sorti : Gouacide (39e). Minet : 20, Ruikis : 15, Belkessa : 21, Gacko : 13, Bach : 9, Gouacide : 7, Torson : 18.

- SAINT-ETIENNE : 34 paniers (dont 13/29 à 3 pts) sur 60 tirs, 14/17 LF, 17 rebonds, 1012passes décisives, 12 balles perdues, 26 fautes. 1 joueurs sorti : Harris (39e). Gillet : 6, Harris : 25, Philips : 13, Quicy Jones : 12, Hermenier : 8, Gaillou : 5, Gunnarsson : 26.

w Article paru dans La Voix du Nord du dimanche 9 mai 2010.


Le CASE ne méritait pas cela

Au terme d'une rencontre qu'il a mené pratiquement de bout en bout, St Etienne s'est incliné dans le Nord.

Rencontre difficile pour le CASE dans le chaudron denaisiens face à une formation qui se devait de l'emporter et espérer la chute de Boulogne à St-Quentin pour jouer son quart de finale des plays offs à la maison. D'entrée de jeu les deux formations adoptaient une défense individuelle assez haute mais étaient aussi assez maladroites aux tirs : 2-2 (3è). Sauf Harris hauteur des 6 premiers points : 8-6 (4è). Gillet et Quincy Jones l'imitaient et les Stéphanois menaient le bal logiquement : 14-19 (7e), 19-30 (10e). Denain laissait toujours le champ libre aux tirs ouverts et Gunnarsson et Philips s'y engouffraient allégrement : 21-41 (13e). Les affaires du CASE étaient bien engagées d'autant qu'en face la révolte ne pointait pas. Pas pour longtemps car Ruikis, Bach et Gacko passaient un 20-5 qui redonnait un wagon d'espoir aux Nordistes, alors que les hommes de Fabien Romeyer ne trouvaient plus ou presque le chemin du panier : 41-46 (18è). Au repos ils étaient toujours au commandement mais beaucoup moins sereinement : 41-50. Mêmes acteurs, même scénario à la reprise mais les équipiers de Philips avaient compris qu'un retour denaisien serait endommageable. Ils repartaient donc au front avec cœur et abnégation : 53-63 (25e). Harris revenait aux affaires et retournait la situation, dans une partie où la victoire avait bien du mal à choisir son camp : 90-93 (38e). Les esprits s'échauffaient. Harris sortait définitivement (39e) et finalement Denain avait le dernier mot.

w Article paru dans Le Progrès du dimanche 9 mai 2010.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article