Denain, un (désormais) sérieux prétendant à la montée en Pro B !

Publié le par ASC Denain-Voltaire PH

Frédéric Minet 01

 

Suite aux articles mis en ligne sur notre blog officiel de Denain-Voltaire (presse stéphanoise, presse spécialisée...) hier et encore ce matin (voir "revue de presse" ci-dessous), nous avons tous l'impression d'être dans un flou artistique avec "l'affaire Case". Pourtant, les statuts de la Fédé sont clairs...

 

"Les règlements de la Ligue et de la Fédé sont absolument cohérents et complémentaires, explique notre coach, Marc SILVERT. Une descente de Pro B non sportive est remplacée par un descendant sportif de Pro B. Par contre, les descentes sportives de Pro B sont remplacées comme suit : le champion de France et le vainqueur des playoffs de NM1. Et si défaillance il y a (c'est le cas de Saint-Etienne), sont concernés ensuite le 2e de la saison régulière, puis le 3e, le 4e, et seulement après le premier club descendant sportif de Pro B, c'est-à-dire Clermont."

 

PAR CONSEQUENT : DENAIN RESTE UN SERIEUX PRETENDANT A LA MONTEE EN PRO B MAIS LE CASE A ENCORE UN RECOURS POSSIBLE AUPRES DU CNOSF.

 

SOYONS DONC PATIENT !!!

 

ALLEZ VOLTAIRE !!!

 

 

Revue de presse

 

Saint-Etienne relégué, Denain fait un (petit) pas de plus vers la Pro B

L'information, divulguée hier par nos confrères du « Progrès », a pris tout le monde de court, y compris à la fédération française de basket-ball : malgré toutes les garanties financières apportées par Saint-Etienne pour apurer son passif de 280 000 E, le club n'est donc pas autorisé à monter en Pro B. Ce qui pourrait faire les affaires de Denain, candidat désigné au remplacement en vertu de sa deuxième place de la phase régulière de N1.

Dans un communiqué de presse qu'elle a été contrainte de rédiger à la hâte, la FFBB a officialisé dans l'après-midi la décision rendue par la chambre d'appel. Laquelle a estimé à son tour, après la commission de contrôle de gestion en première instance, « que les éléments qui lui ont été présentés ne pouvaient suffire à autoriser un engagement (du CASE) en Pro B et LF2 (pour ce qui concerne son équipe féminine). » Même si le club est réintégré en N1, après la décision prise fin mai de rétrograder ses équipes en championnat de Ligue régionale, la sanction est à peine moins lourde. C'est peu dire qu'elle a été mal accueillie dans la Loire, où l'on n'hésite pas à parler d'acharnement. Il ne fait d'ailleurs guère de doute que les dirigeants stéphanois saisiront le Comité national olympique et sportif français avant une éventuelle contestation auprès du tribunal administratif.

Tant que les voies de recours devant la justice sportive n'ont pas été épuisées, la Ligue nationale de basket ne statuera pas sur le nom du dix-huitième et dernier engagé en Pro B pour la saison à venir. Certes, mardi, les dirigeants denaisiens ont été reçus par la commission de contrôle de gestion de la LFB mais il ne s'agissait que d'une audition préliminaire en vue de gagner du temps si d'aventure les choses devaient se préciser. Avant d'étudier plus avant le cas de Denain, « on va attendre la proposition de conciliation du CNOSF », indiquait-on hier à la Ligue. Les « Voltairiens » ne sont donc pas au bout de leurs peines. Le président Wilczyk, à qui nous apprenions dans la matinée ces derniers développements, se voulait philosophe : « Nous ne sommes pas décisionnaires, alors on est bien obligé d'attendre. »

S. C.

> Texte et photo : La Voix du Nord.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article