G. Wilczyk : "La montée en Pro B est formidable à tous points de vue"

Publié le par ASC Denain-Voltaire PH

Marc Silvert 01

 

Voici les articles parus ce jour dans La Voix du Nord, faisant état de l'excellente bonne nouvelle apprise hier soir : DENAIN EST EN PRO B !

ALLEZ VOLTAIRE !!!!!!

 

Revue de presse

 

Denain-Voltaire monte en Pro B et renoue avec son glorieux passé

Une accession en plein mois d'août, c'est assez original. Denain profite des soucis financiers de Saint-Etienne, qui avait gagné sur le terrain la montée en Pro B, pour prendre sa place. Une récompense loin d'être imméritée et qui rappelle des épopées savoureuses.

Denain-Voltaire. Au coeur des années 60, ces deux mots faisaient figure de référence sur la planète basket. On craignait sa salle Barbusse, chaudront impétueux, quasi incontrôlable, capable de vous poursuivre un arbitre un peu trop autoritaire ou de mettre une pression assourdissante sur l'adversaire.

Dans ce temple bouillonnant, il y avait plus de supporteurs que de places. Ce qui ne les empêchait pas de rentrer. Alors, forcément, ça chauffait. Il faut dire que l'équipe tournait comme une horloge : vainqueur de la coupe de France 1960, championne de France en 1965,  vice-championne au début des années 70, européenne... Avec des noms qui claquent : Staelens, Degros puis Demory, Dubuisson, tous sortis de l'école locale.

Ch'ti ligue

La crise est passée, Denain-Voltaire l'a prise de plein fouet, mais s'est relevé. Il y a deux ans, Laurent Trachman remonte le club en Nationale 1. Puis sous la baguette de Marc Silvert, le promu termine quatrième (deuxième ex-aequo) puis deuxième cette saison. Si la loterie des play-offs ne lui est pas favorable (défaite en demi-finale contre Brest après un non-match), Voltaire gagne au tirage.

Les Nordistes profitent des problèmes financiers de Saint-Etienne, vainqueur des play-offs. Le règlement est formel : c'est au deuxième de la saison régulière que revient l'accession en cas de défection. "C'est une belle récompense. Et on ne l'a pas volée", estime Marc Silvert dont l'équipe a mené plus de la moitié du championnat. Lui s'est démultiplié pour travailler sur deux projets : N1 et Pro B, en attendant le verdict de la Fédération.

"On aura une équipe compétitive pour la Pro B (budget de 1,22 million d'euros, et masse salariale de 479 000 euros). On visera le maintien en espérant atteindre les play-offs." Il attend encore trois signatures de joueurs majeurs avant la reprise de l'entraînement le 15 août. Il était temps.

La Pro B aura des allures de ch'ti ligue avec quatre clubs de la région (Lille, Le Portel, Boulogne et Denain).

 

Georges Wilczyk : "Cette montée en pro B est formidable, à tous points de vue"

Georges WilczykLe feuilleton est enfin fini (*). Hier, la Fédération et la Ligue Nationale de Basket ont confirmé l'engagement de Denain en Pro B pour la saison prochaine. Tout le staff va pouvoir désormais axer tous ses efforts sur la Pro B. Et il y a du travail. Mais le président Georges Wilczyk a la banane. Pour cet enjeu, il pense que c'est toute une nouvelle dynamique qui va se mettre en place.

> Comment avez-vous appris la bonne nouvelle ? « On a reçu un courrier recommandé qui indiquait que le conseil supérieur de gestion de la LNB nous engageait sur proposition de la commission de contrôle. Pour nous, c'est une très bonne nouvelle même si on s'en doutait depuis plusieurs jours. Saint-Etienne est en redressement judiciaire depuis longtemps et rapidement, on nous a demandé de nous préparer, de fournir des pièces, des justificatifs. »

> C'est une autre aventure qui commence, on imagine que le travail ne manque pas... « Le cahier des charges de la LNB est très fort. Il n'y a désormais que des contrats pros, il y a aussi des règles strictes pour les maillots, les billets, les annonces... On doit encore recruter des joueurs, préparer leur accueil. Pour le recrutement, le travail était déjà bien avancé par Marc (Silvert), il ne reste plus qu'à finaliser. »

> La Pro B a-t-elle facilité les choses financièrement ? « Effectivement. Depuis qu'on a commencé à voir les partenaires, on leur a expliqué qu'on était confiants pour la Pro B et c'est dans ce sens qu'ils nous ont suivi. Il le fallait car on avait besoin de lettres d'engagement de leur part à fournir à la Fédé. L'image de la Pro B est totalement différente de la N1, on est dans l'antichambre de l'élite. C'est formidable à tous points de vue. La CAPH, la Région, la mairie vont aussi augmenter leurs subventions. On passera donc de 800 000 E à 1,22M E. C'est un budget moyen de Pro B. Saint-Vallier a moins (900 000 E), Rouen (2,7M E), Limoges (2,4M E) ont beaucoup plus. »

> Que pouvez-vous viser ? Cette annonce tardive va-t-elle vous pénaliser ? « On va travailler fort mais je ne pense pas que ça nous pénalise. Marc a bien avancé l'équipe, elle sera solide. On visera le maintien, si possible dans les play-offs. 

Philippe Guilbaud

Renforts.- Marc Silvert devrait faire signer cette semaine deux Américains : un meneur-arrière et un intérieur, ainsi qu'un ailier Français.

(*) Pour Saint-Etienne, rien n'est terminé. le club, qui est en redressement judiciaire, est engagé dans une procédure auprès du tribunal arbitral du sport pour faire valoir ses droits à jouer en Pro B la saison prochaine.

Commenter cet article