Freddy Massé (Brest) : « Denain est tout sauf imbattable »

Publié le

Etendard-de-Brest---Freddy-Masse.jpg

735 km séparent Denain de Brest. Pour autant (il n'y a pas que les km qui importent...), c'est à 100 % de leur forme que nos joueurs de Denain-Voltaire se présenteront devant leurs homologues bretons dans leur salle Marcel-Cerdan. Un match de costauds où il faudra se donner à 100 % également pour s'imposer face à une équipe qui monte en puissance et qui voudrait bien être le bourreau de la bande à Marc Silvert. Si Freddy Massé (coach de Brest) se dit capable de battre notre équipe (Cf. intiview parue sur le site officiel de L'Etendard ci-dessous), Denain a également les armes pour venir à bout de cette équipe qui n'a qu'un rêve : remonter tout de suite en Pro B.

Rendez-vous ce soir sur le live de la FFBB pour suivre en direct le match Brest/Denain, à partir de 20 heures : cliquez ici !

ALLEZ VOLTAIRE !!!

 

Revue de presse

Freddy, a bien voulu répondre à nos trois questions hebdomadaires, ses attentes, pour ce match à enjeu contre Denain, Samedi soir, 23 octobre à 20 H salle Cerdan.

Bonjour Freddy, à quoi on peut s'attendre avec cette équipe de Denain ?



C'est une équipe que je connais bien, j'ai bien regardé ce qu'ils faisaient. C’est  forcément une bonne équipe et s’ils ont gagné 7 matchs, c'est qu'ils ont beaucoup d'arguments.  Mais c’est une équipe qui est tout sauf imbattable, et qui a eu beaucoup plus de mal sur ces deux derniers matchs. En fait, ils ont remporté leurs 5 premiers matchs grâce à leur défense. Mais lors des deux derniers matchs, on a pu voir que leur défense était en difficulté.  Ils ont encaissé 85 points contre Blois et Bayonne mais ils ont su en mettre 90 ou 95 ! Donc c'est une équipe qui a su s'adapter aux autres défenses. Ce sont des matchs d'attaque,  défensivement c'est une équipe qui change beaucoup, qui fait des boites, des zones, des zones "press", des zones trois-deux, différentes zones, en somme un peu tout le catalogue des défenses qui existe dans le Basket, donc il faut s'adapter.
Il va falloir également bien défendre ! Parce que c'est une équipe qui met des points !  Je pense suffisamment bien les connaître, c'est exactement le style de jeu qu'ils avaient  l'an dernier mais avec de meilleurs joueurs cette année. Par expérience, l'an dernier,  on les a joués deux fois, on a gagné deux fois d'ailleurs! Il faut surtout jouer son jeu  avec beaucoup de rythme car c'est une équipe qui essaye de déjouer l’équipe adverse, donc il faut surtout jouer son jeu, et ne pas te poser de questions.



Sinon, Johan ne revient pas pour ce match ?



Non, on va aligner la même équipe que contre GET Vosges, l'équipe de départ, avec Baptiste à la place de Johan, on peut penser qu'il reprendra les matchs dans une quinzaine de jours

Il paraît que tu as gagné un resto avec Julien DOREAU à GET Vosges ?



(
Rires) Oui j'ai lu ça, ben oui, je lui avais fait remarquer qu'il parlait beaucoup pendant 
les matchs amicaux, qu'il rouspétait beaucoup après les arbitres. Je lui avais dit d’arrêter, mais il m’a soutenu ne jamais avoir pris de faute technique et qu’il n’en prendrait pas. Si c’était le cas, il m’a affirmé bien vouloir me payer le resto ! Il a finalement pris  la première faute technique de sa vie le week-end dernier. 
En plus de gagner le match à Get Vosges, j'ai gagné un resto !

(La faute technique est sur un « flopping »: simulation de passage en force)



J'espère pour conclure que l'équipe va montrer à domicile ce qu'elle est capable de faire à l'extérieur.  Parce qu'il est très clair pour ceux qui voient les matchs,  que ce n'est pas la même équipe à l'extérieur, qu'à domicile. Pour quelles raisons, je ne sais pas, il est clair  qu'on a fait trois prestations à l'extérieur, y compris celle de Blois, très intéressantes. A domicile, on a joué jusqu’à présent de façon très irrégulière ; on n’avait pas de rythme, alors qu'à l'extérieur on l'a ! J'espère que les joueurs vont se libérer, se lâcher et montrer à notre public ce qu'on a fait l'extérieur; on va le faire samedi, si on fait ça, on va gagner le match. J'espère qu'on va débloquer le frein à main et passer la seconde à domicile.  J'espère qu'on va montrer notre vrai visage, à mon gout, celui que l’on a montré contre Get Vosges et Saint-Chamond, celui que je souhaite montrer tout le temps.

Pas de bobos, tout le monde est prêt ?

Tout le monde a très envie, ça se sent, tout le monde s'est bien entraîné, se sent concerné,  attentif. Maintenant, il ne faut pas se mettre de pression, parce qu'on le gagne ou qu'on le perde, la saison ne s'arrêtera pas samedi soir à 22h. Mais évidemment on préfère le gagner. Pour avoir joué au basket,  ce genre de match, la seule chose qu'un joueur ne veut pas, c'est avoir des regrets, il faudra jouer notre jeu sur nos valeurs !
Ils ont la chance de jouer ce genre de  matchs,  il y a de l'enjeu, il y aura sans doute un peu plus de monde que d'habitude, la seule chose que je leur dirai, « N’ayez pas de regrets… » ; si on fait tout cela on sera dans le match !



Merci beaucoup Freddy, bon match et à samedi !

w Interview et photo parus sur le site officiel de L'Etendard de Brest.

 

Pour avaler ses milliers de kilomètres de voyage, Denain a une recette éprouvée

Les Denaisiens voient du pays grâce à la N1. Un véritable tour de France qui leur propose près de 8 500 kilomètres de déplacements cette saison. Tous les quinze jours, sauf pour les derbies, c'est bus-couchettes. 

Boakai-Lalugba-01.jpegUn compromis bien rôdé entre confort et temps de déplacement. « Ils sont comme des coqs en pâte », explique Marc Silvert, alors que ses garçons sont en route pour le long périple vers Brest (10 h de voyage). Après Denek Bat (970 km), c'est l'un des déplacements les plus longs de la saison. Mais alors que les Basques ont opté pour des voyages en avion, Denain s'est rabattu sur le bus. L'avion et le train se révèlent très coûteux et pas forcément aussi avantageux en terme de confort. « Pour Denek, les joueurs n'ont rien vu. Ils ont dormi toute la nuit. Quand ils se sont réveillés, on était arrivés. Là, pour Brest, dimanche matin à 7 h, on sera à la maison. Avec le train, on serait rentrés à 17 h. On ne se flingue pas le dimanche de cette manière. » Et le bus-couchettes, c'est aussi petit nid douillet assuré. De véritables lits qui s'adaptent parfaitement aux grandes carcasses des basketteurs et tout ce qu'il faut pour brancher ordinateur, musique... Chacun dans son coin ou autour d'une partie de cartes. « Il y a une adhésion totale, ils sont séduits », appuie le coach qui a imposé le voyage les veilles de match. « On ne prépare pas une équipe physiquement toute la semaine pour la gâcher avec 7 heures de déplacement le jour du match. Sinon, ça ne sert à rien. » Au menu systématique des Denaisiens, il y a donc un entraînement le soir de l'arrivée, pour dégourdir les jambes et prendre la mesure de la salle. Puis nuit à l'hôtel et nouvelle séance le shooting le matin du match. « Sans ça, je ne crois pas qu'on aurait fait 8/10 à trois points à Denek. » Le coach en profite pour visionner des DVD sur l'adversaire. Hier, c'était Saint-Chamond - Brest. « Brest, c'est du lourd, avec tous ses joueurs qui ont connu la Pro A et la Pro B. Si on gagne là-bas, ce sera un exploit. Eux, comme Bordeaux et Blois se sont débarrassés un peu vite du costume de favori. Pour nous, Brest, Saint-Quentin, Blois, Bordeaux, ce sont des déplacements où on a le droit à l'erreur... à utiliser le plus tard possible. »
P. G. 
BREST (5e, 12 points) - DENAIN PH (1er, 14 points), ce soir à 20 h. 8e journée.
w Article et photo parus dans La Voix du Nord du samedi 23 octobre 2010.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article