Final Four : revue de presse (Denain + Saint-Etienne)

Publié le par ASC Denain-Voltaire PH

Final Four 04

 

La saison est donc terminée. Et même si notre équipe de Denain-Voltaire ne monte finalement pas en Pro B la saison prochaine (ce n'est que partie remise...), n'oublions pas l'excellente saison des gars et de tout le staff !

Pour cette saison 2010/2011, Bordeaux était au-dessus du lot. Derrière, pour le second ticket synonyme de Pro B, il y avait bien sûr Denain, mais aussi Angers ou encore Brest. Finalement, c'est la "belle" surprise Saint-Etienne qui accède à l'échalon supérieur. Bravo à cette belle équipe, qui le mérite amplement !

Pour compléter les articles du week-end, voici une petite revue de presse avec l'article de la presse locale denaisienne, et celle du vainqueur de ce Final Four bordelais.

ALLEZ VOLTAIRE, VIVEMENT LA SAISON PROCHAINE !!!

 

Revue de presse

 

Denain gâche sa belle saison sur une mi-temps ratée

En début de saison, Marc Silvert avait clairement donné la marche à suivre pour monter en Pro B : terminer à la première place, qualificative directement. L'objectif était clair, s'éviter les aléas des play-off, où tout se joue sur un match. Où les statuts de favori et d'outsider sont remis à plat.

Mais Denain, après un superbe début de saison (dix victoires consécutives pour commencer) est ensuite tombé sur un Bordeaux surarmé et qui n'a commis quasiment aucun faux pas. Condamné à la loterie de la finale à quatre, Voltaire a laissé les boules gagnantes au vestiaire, à la mi-temps de sa demi-finale contre Brest, samedi, à Bordeaux. « Le Final Four, c'est ça. Il faut être présent au bon moment », souligne Julien Sauret.

Candidat déclaré à la montée en Pro B, Denain doit maintenant reporter son ambition après une frustration qui sera difficile à oublier rapidement. Il aura suffi de quelques minutes en début de troisième quart pour noyer le travail de toute une saison et d'un quart de finale - contre Le Puy - abouti qui avait, croyait-on, donné des garanties de solidité et d'envie.

Face aux Brestois, les Denaisiens étaient pourtant parfaitement entrés dans le match, Lalugba imposant sa puissance dans la raquette (trois dunks). Mais les Bretois ont fait le dos rond, « résisté pendant le traditionnel temps fort de Denain, selon leur coach Freddy Massé, avant de faire la différence sur le nôtre ».

Juste derrière à la pause (38-39), les Denaisiens ont connu un gros trou d'air, encaissant un 14-2 qui sanctionnait des mauvais choix offensifs et des approximations dans les passes et l'exigence défensive. Bilan : -13 à la 27e (40-53) et la désagréable impression que les Nordistes n'y croyaient plus totalement. Incapables de rentrer leurs shoots malgré des positions ouvertes. « Je ne m'explique pas comment on a pu manquer de précision dans la finition comme ça, déplorait Marc Silvert. On avait une grosse pression. C'est une grosse déception. »

Philippe Guilbaud

DENAIN - BREST 60-77 (21-23, 17-16, 9-19, 13-19)

- DENAIN • Minet 4, Brocheray 6, Sauret 14, Lalugba 11, Quincy-Jones 5 puis Belkessa 9, Mihalic 2, Gacko 7, Bruyère 2.

- BREST • Rathieuville 9, Roberts 6, Staelens 17, Doreau 7, Pridotkas 12 puis Liorel 16, Lopez 10, Delon, Giro.

> Texte et photo : La Voix des Sports.

 

Case Saint-Etienne : La Pro B est à eux !

Final Four 05Les Verts n’ont laissé aucun espoir à Brest et se sont ouvert les portes de la ProB. Phénoménal !

Un coach porté en triomphe, des supporters ivres de joie, un bonheur indescriptible. La petite colonie stéphanoise qui avait fait le déplacement a été largement récompensée. Elle a assisté au sacre de ses héros qui ont su faire plier Brest et s’offrir un ticket pour l’antichambre.

Malgré une chaleur étouffante, c’est sur un rythme endiablé que les deux formations débutent la rencontre devant leurs colonies de supporters. Brest veut emballer les débats et parvient à créer une légère avance (11-6, 3e). Malgré l’activité de Simmons, intraitable défenseur, les Bretons maintiennent leur écart grâce à deux paniers primés de Lopez et Pridotkas (20-15, 8e). Pegon, qui a remplacé Gaillou, ramène la parité (20-20, 9e). Les Verts ont laissé passer ce coup de vent sans trop de dommages (22-24, 10e).

C’est à leur tour de faire tanguer le navire brestois, qui subit de plein fouet l’une de ses pires tempêtes. La déferlante est verte et rien ne peut l’arrêter ! Avec Hermenier à la barre, les Stéphanois passent un incroyable 19-2, en sept minutes, à une Breizh Team médusée. Tout réussit à des Verts euphoriques, qui ont resserré le jeu et maîtrisent le rebond (24 contre 9 à la pause), à l’image de Pegon, dévoreur de ballons (8 rbds). Le vent en poupe, les hommes de Yann Jolivet maintiennent le cap jusqu’aux vestiaires (34-53, 20e). Et repartent animés des mêmes intentions (36-60, 24e). Brest n’a plus d’autre choix que de jouer son va-tout. Les fautes dégringolent sur les Verts et la Breizh Team relève la tête (44-60, 26e).

Peine perdue face à des Stéphanois qui défendent comme des morts de faim et avancent à la vitesse du vent (44-71, 30e), malgré la patte gauche de Staelens (52-72, 30e).

Plus que dix minutes à tenir, avec la Pro B à l’horizon. Pridotkas tente bien de rétablir le cap (57-72, 32e) mais le Case est béni des dieux. Rien ne peut lui arriver. El Amrani, sur son nuage, envoie deux missiles de rang (57-82, 36e). En face, Brest perd Lopez, sorti sur blessure. La messe est dite depuis longtemps. Ceux qui en voulaient le plus ont gagné. Le Case retrouve la ProB. Par la grande porte.

Valérie Fascia

À Bordeaux, salle Jean-Dauguet. Arbitres : MM. Soares et Lamarque. Mi-temps : 34-53

- Brest : 21 tirs sur 59 dont 5/23 à 3pts. Lancer-francs : 14/18. 23 rebonds (Pridotkas 9). 9 passes décisives (Roberts 3). 12 balles perdues (Staelens et Doreau 3). 17 fautes. Rethieuville (9pts, 3ftes), Zahoui (0pt, 1fte), Roberts (8pts, 5ftes), Staelens (19pts, 0fte), Doreau (2pts, 2ftes), Liorel (2pts, 2ftes), Pridotkas (10pts, 1fte), Lopez (11pts, 2ftes).

- Case : 33 tirs sur 65 dont 9/24 à 3pts. Lancer-francs : 14/17. 46 rebonds (Pegon 15). 18 passes décisives (Pegon 4). 12 balles perdues (El Amrani 3). 18 fautes. Thomas (17pts, 2ftes), El Amrani (17pts, 4ftes), Pegon (12pts, 2ftes), Gaillou (5pts, 1fte), Hermenier (15pts, 4ftes), Petrovic (12pts, 1fte), Simmons (11pts, 3ftes).

> Texte et photo : Le Progrès.

Commenter cet article