Dès ce soir, Denain a rendez-vous avec son avenir !

Publié le

Marc Silvert 01

 

Cette fois-ci, nous y sommes !


Avec un certain Denain/Liévin dès ce soir à 20 heures à la salle Jean Degros (entrée : 5 €), le championnat de France de Nationale 1 est donc lancé. Dès ce soir, nous verrons donc les réelles intentions de notre équipe de Denain-Voltaire, qui espère coûte que coûte décrocher l'un des deux tickets pour la Pro B la saison prochaine.

 

Mais nous n'en sommes pas encore là. Car bien entendu, le long parcours cette saison en NM1 (34 matchs sans compter la Coupe de France et les playoffs) sera semé d'embuche. Les prétendants sont nombreux (Angers, Bordeaux, Brest, Challans, Saint-Quentin...), rien ne sera évident. Et même des "petites" équipes telles que Saint-Chamond (repêché en NM1), le Centre Fédéral (qui avait bien failli nous batte à la maison la saison dernière...), les promus en NM1 (Orchies, Roche la Molière, Sorgues et Souffelweyersheim) ou encore Liévin que nous rencontrons ce soir, peuvent tirer leur épingle du jeu.

 

Non, ce ne sera pas simple. C'est pour cela que notre équipe, les joueurs en tête, aura besoin du soutien de tous pour décrocher un maximum de victoires cette saison.

 

TOUS ENSEMBLE... ALLEZ VOLTAIRE !!!

 

 

Revue de presse

 

Denain Voltaire : un ambitieux parmi les très ambitieux

Denain va donner ce soir contre Liévin, le coup d'envoi de la saison de N1, une journée avant tout le monde. Avec l'intention, déjà, de fixer le tempo dans un championnat où beaucoup ont affiché leurs envies de monter.

Cette année, il n'y aura pas d'effet de surprise. Finies les mauvaises blagues du promu qui étripait ses adversaires un à un au point « d'avoir obtenu le maintien dès octobre avec sept victoires en huit matches », dixit Marc Silvert. Voltaire avance désormais démasqué, « avec l'objectif réaliste - on verra ensuite s'il est réalisable - de monter. » Liévin, piégé l'an passé en ouverture de championnat salle Degros (84-75), sera cette fois-ci, comme ses petits copains, un peu plus méfiant.

Mais l'équipe de Marc Silvert a aussi pris du volume, pour pouvoir jouer la montée jusqu'au bout, sans connaître le terrible passage à vide de l'an passé (quatre défaites de suite) qui lui avait coûté l'accession. Le technicien denaisien a appliqué les mêmes recettes, mais avec des ingrédients de meilleure qualité. La saveur s'en trouve ainsi décuplée. « On a vu contre les équipes de Pro B que même face à une grosse agressivité, les gars savent garder le contrôle. On l'a gagné grâce au vécu des joueurs. Ça, même l'entraînement ne peut pas le remplacer. » S'il a gardé les grandes lignes de ses systèmes de l'an passé, Marc Silvert a ainsi constaté qu'ils étaient mieux appliqués. « Ils sont plus adaptés au groupe de cette année. » Plus forte, plus talentueuse, plus expérimentée, son équipe a surtout su conserver sa fraîcheur et sa bonne humeur. « Les gars s'apprécient, ils sont solidaires » a noté le coach, très attentif à ce socle essentiel pour construire une saison ambitieuse.

Il sait aussi que l'opposition sera forte. Peut-être plus que l'an passé, avec six ou sept candidats pour deux tickets. Bordeaux, qui a une très grosse armada, et Brest veulent vite remonter en Pro B, Challans et Angers restent toujours de gros clients, sans oublier Saint-Quentin, Saint-Etienne, Liévin... « Il y a des favoris, mais nous, on aura un rôle d'outsiders. Et si on veut jouer un rôle, on sait qu'on n'aura pas le droit à l'erreur à domicile. L'objectif est de garder notre salle invaincue. » D'autant qu'après ce derby d'ouverture délicat, Denain verra deux matches tests se profiler : Challans lors de la troisième journée et Angers à la quatrième.

Dans ce contexte, les nouvelles règles (14 secondes, zone de non passage en force et surtout éloignement de la ligne des trois points) pourraient également jouer les trouble-fête. « Les arbitres vont avoir du mal au début, prédit Marc Silvert. Pour les trois points, comme c'est une donnée aléatoire, je ne base pas mon basket dessus. Je pense que le pourcentage d'adresse à l'extérieur va chuter. Mais il y aura aussi plus d'espaces à l'intérieur. » Denain essuie donc les plâtres avec une détermination énorme. Sans effet de surprise, Voltaire espère juste appliquer la loi du plus fort.

Philippe Guilbaud

DENAIN PH - LIÉVIN, aujourd'hui à 20 h, salle Jean-Degros. Première journée. Entrée : 5 €.

 

Avant le premier assaut, passage en revue des troupes par celui qui les mène au front, Marc Silvert

En fin de semaine dernière, autour des petits fours, l'heure était encore aux présentations officielles. À l'hôtel de ville denaisien, Marc Silvert en avait profité pour faire le tour de son effectif, micro en main.

> Antoine Belkessa.- « Très vite, il m'a dit : "Je ne souhaite pas me mettre en danger, je veux continuer à progresser." C'est un joueur qui a beaucoup de courage, je le sens à 120 % dans tout ce qu'il fait. »

> Frédéric Minet.- « Il est arrivé l'année dernière avec le statut de joueur d'expérience, il l'a parfaitement assumé. C'est un exemple pour ses partenaires, il a toujours su remettre l'équipe sur les rails. »

> Amadou Gacko.- « Il a mordu dans le contenu des entraînements, pendant cette préparation. Où s'arrêtera-t-il ? Je ne sais pas. Amadou allie deux énormes qualités : il est à la fois exigeant avec lui-même et tolérant avec les autres. Très discret, mais toujours bosseur. Les jours de match, je sais qu'il donne le meilleur. »

> Julien Sauret.- « Il fallait impérativement que je trouve un meneur, quelqu'un qui connaissait le très haut niveau. J'ai consulté Frédéric Minet à propos de Julien Sauret, qui lui avait donné du fil à retordre la saison dernière avec Saint-Etienne. Je connais bien sa soeur Audrey pour l'avoir entraînée pendant cinq ans à l'USVO. Julien a connu quatre ou cinq équipes de Pro B, il est venu pour être un patron. Il insuffle une grosse dynamique, lui aussi est un bosseur. Il a signé alors que nous n'avions que trois joueurs dans l'équipe. »

> Alexis Bruyère.- « Dans cette équipe, il fallait à la fois des joueurs majeurs et d'autres qui viennent s'aguerrir. Alexis est de ceux-là : il sort du centre espoirs du BCM Gravelines. Il était hyper sollicité, notamment par Mons. Il lui reste encore beaucoup à apprendre. »

> Boakai Lalugba.- « Il a suivi un parcours universitaire brillant, a joué à Bourg-en-Bresse en Pro B avant de se blesser sérieusement à Brest. La saison dernière, il a fini par jouer quinze matches en Finlande. Il a été hésitant avant de s'engager avec nous, par rapport au niveau. Au bout de deux semaines, il a donné son accord. Il a des capacités physiques hors normes. »

> Jernej Mihalic.- « Il nous fallait aussi renforcer le secteur extérieur. Jernej sort de l'école de Ljubjana, une grande référence dans le basket européen. Il mesure 2,03 m mais il a une grande mobilité. Dans la réserve, jamais dans l'emphase. »

> Desmond Quincy-Jones.- « J'avais encore besoin d'un ailier fort. J'avais souvent Frédéric (Minet) et Julien (Sauret) au téléphone. Un jour, Julien m'a dit : "Desmond, c'est mon coup de coeur, il est toujours là pour bosser.

" Servi par des qualités physiques et d'adresse au-dessus de la moyenne, c'est aussi un gros défenseur. »

> Renaud Brocheray.- « J'avais besoin d'expérience à tous les postes, y compris à l'intérieur. Renaud Brocheray apporte des arguments supplémentaires à cette équipe, il a beaucoup de finesse dans son jeu. Il en a un peu bavé pendant ces quatre semaines de préparation. Il a connu deux montées en Pro B, avec Saint-Vallier en 2007 et Fos-sur-Mer en 2009 : espérons qu'il en vivra une troisième avec nous. »

> Guevin Toto.- « Je n'avais pas de jeune capable de donner la réplique au poste 1. La première fois que Guevin a pris la parole, c'était pour dire : "Je suis là pour apprendre, apprendre, apprendre." À Douai, il s'entraînait deux fois par semaine, là c'est deux fois par jour. Il a adhéré au projet, c'est le dixième joueur qu'il nous fallait. »

Sébastien Chédozeau

 

Frédéric Minet, meneur de jeu de Denain

Joueur Minet - Vous sortez d'une bonne préparation...

« L'ambiance au sein du groupe s'est créée dès le début, on s'entend tous super bien. Maintenant, je ne dirais pas qu'on est prêts. C'est bien d'avoir gagné nos matches (*) même si on perd encore trop de ballons. Défensivement, on est mieux que l'année dernière. On a aussi plus de rotations. »

- Qu'est-ce qui distingue cette équipe de sa devancière ?

-« On a davantage de maturité. Avec des joueurs comme Julien (Sauret), Renaud (Brocheray) ou Boa ( Lalugba), on réunit pas mal d'expérience. La saison dernière, on jouait sur l'effet de surprise, notre enthousiasme, notre capacité à emballer les matches dès le début. On a gagné en densité physique. L'arrivée d'un mec comme Julien (Sauret) nous a fait du bien, c'est un vrai leader en défense. »

- L'objectif annoncé, la montée, vous met-il plus de pression sur les épaules ?

- « Sept ou huit équipes courent après la même chose. En N1, tout peut aller vite dans un sens comme dans un autre : tu enchaînes quatre ou cinq victoires et tu joues les play-off, tu compiles les défaites et tu luttes pour ne pas descendre. Sur le papier, je pense qu'on est une des trois meilleures équipes. Après, le papier, ça ne veut pas dire grand-chose. Le regard de nos adversaires va changer : cette saison, on sera attendus partout. »

 

Recueilli par S. C.

(*) L'interview a été réalisée avant la défaite à Reims mardi.

 

>> Dossier et photos parus dans La Voix du Nord du vendredi 3 septembre 2010.

Commenter cet article