Denain fait le break !!!

Publié le

Amadou-Gacko-01.jpg

C'est fait ! Notre équipe de Denain-Voltaire a donc fait le break, hier soir, en s'imposant dans sa salle face aux redoutables blésois. Menés pendant les trois quarts de la rencontre, les partenaires d'Amadou Gacko (photo VDN) ont trouvé les ressources en fin de rencontre pour renverser la vapeur et ainsi continuer leur chevauchée fantastique dans ce championnat de NM1.

Voici comme tous les lendemains de match les résumés de nos journaux...

ALLEZ VOLTAIRE !!!

 

Revue de presse

 

Le rythme et la pression de Denain viennent à bout de combatifs blésois

Denain a conservé son invincibilité cette saison au terme d'une rencontre plutôt maîtrisée, même si Blois lui a donné beaucoup de mal pendant trois quart-temps. Dans ce choc au sommet entre le premier et le troisième, Voltaire fait la bonne opération en démontrant d'énormes qualités de combativité. « Deux coeurs et trois poumons », comme le souligna Marc Silvert à l'issue d'un match intense, sans faux rythme.

Denain attaqua d'entrée en alternant paniers intérieurs et pénétrations de Sauret pour prendre les devants. Le problème, c'est que Brocheray, bien marqué, n'avait pas son rendement habituel et que Blois disposait d'un peu trop de solutions aux tirs. Alors que les raquettes étaient verrouillées, les Blésois finirent par trouver l'ouverture à l'extérieur après avoir lontemps tâtonné (7/14 à la pause à 3 points), grâce à Blot et Williams (21-24, 10e).

Denain écarta un peu sa défense, ce qui libéra des espaces à un Kolb intenable (13 points dans le deuxième quart) et un peu trop esseulé sous les arceaux.

Relégué à 11 longueurs (36-47, 19e), Denain appuya juste ce qu'il faut pour rejoindre la pause à quelques encablures (43-50). Le travail de sape paya alors pour les hommes de Marc Silvert. Quincy-Jones reprit son festival de la semaine passée à 3 points (4/5), alors que les fautes pleuvaient sur les joueurs majeurs de l'ADA Blois. Sur un rythme toujours soutenu, Denain serra encore plus sa défense. Blot lança ses dernières flèches alors que Sauret assomait les Blésois à trois points. Des Solognots totalement aphones les sept dernières minutes, n'alimentant plus que sur lancer. Denain poursuit son parcours sans faute : 7 matches, 7 victoires.

Philippe Guilbaud

w Article et photo parus dans La Voix du Nord du dimanche 17 octobre 2010.


L'ADA est passée tout près

L'ADA a mené pendant trente minutes, hier. Mais sans Recoura, et pénalisée à des postes clés, elle a fini par baisser pavillon.

C'était le coup parfait. L'ADA, en tête du premier au troisième quart, était sur le point de mettre KO, dans sa salle, le leader de Nationale 1, hier soir. Tout, ou presque, souriait aux hommes de Nicolas Faure. Bien en place, ils faisaient déjouer des Nordistes sans doute un brin trop tranquilles jusque-là. Blot et Kolb assuraient ; et Blois a ainsi compté jusqu'à 12 pts d'avance. 

 Mais c'était, en réalité, sous-estimer Denain. Sous-estimer son orgueil à domicile, mais surtout sa faculté à provoquer l'adversaire. L'un des éléments clés, hier soir. « C'était marqué en gros sur notre tableau noir dans le vestiaire... », confiait ainsi Marc Silvert, l'entraîneur nordiste à la fin du match. C'était aussi oublier que l'ADA hier, jouait sans Benjamin Recoura, blessé jeudi à l'entraînement. Alors le coup, qui semblait parfait, s'est transformé au fil des minutes en un redoutable piège. Et l'ADA Blois, en surrégime, n'a pu faire autre chose que de tomber dedans. 

 On vous résume la partition : après un travail de sape incessant de Denain, les Blésois, héroïques, se sont vite retrouvés avec des joueurs pénalisés. Et n'ont, dès lors, pu tenir la distance. D'autant qu'une gachette manquait à la fête. Question agressivité, question précision, ce n'était donc plus le même match. En face, même au plus mal, Denain a alors forcé la décision face à une défense forçément plus permissive. Et, une fois la confiance revenue, la machine s'est mise à dérouler. « Ils nous ont usés physiquement, notait de son côté Nicolas Faure, le technicien. Ce manque de rotation nous a fait très mal. » Une opinion que partageait Johan Blot : « On a tenu trois quart-temps, mais on a manqué de lucidité sur la fin car on s'est essoufflé. » 

 « Avec une rotation en moins, l'ADA a eu du mal à rester dans le coup, relevait aussi Marc Silvert. On voulait mettre un gros rythme, et nous avons énormément provoqué. Je crois qu'on les a eus au physique. » 

 '' On a fini par se cramer '' (Pierre Brochard)

 Blois n'a pas à rougir, donc. Bien au contraire même, puisque les Loir-et-Chériens sont allés inscrire 87 pts dans la salle de la meilleure défense de Nationale 1. Leurs trois premiers quarts ont été exceptionnels. En défense, ils ont d'abord totalement fait déjouer Denain, méconnaissable pendant le premier acte. Blot, sur un nuage, a longtemps porté les siens (27 pts au final). Tout comme Kolb, étincelant lorsqu'il est entré. Mais le problème, c'est qu'il s'est très vite retrouvé à quatre fautes. Dès lors, Grimm, avec trois fautes, a dû faire le boulot seul dans la raquette. L'affaire a tenu tout le troisième quart grâce à quelques sursauts individuels. Mais la suite, forcément, fut bien plus compliquée. Lalugba et Quincy-Jones ont décidé de faire le show. Et Sauret, à la mène, s'est bien repris. Résultat : l'ADA n'existait plus, où trop peu. A l'usure, les Loir-et-Chériens ont fini par craquer, ne marquant que quatre petits points (des lancer-francs !) sur les sept dernières minutes. « Ils ont eu deux joueurs de plus, ça s'est vu. A un moment donné, je crois que l'on s'est cramé... »,avouait Pierre Brochard. En face, Marc Silvert concluait : « Blois est de loin la meilleure équipe que l'on ait jouée. » Un joli compliment pour une équipe qui, ce matin, est toujours troisième de N1. Et qui, vu sa performance d'hier, peut continuer d'inspirer la crainte de ses adversaires.

la fiche

21-24 ; 22-26 (43-50) ; 28-24 (71-74) ; 25-13 (96-87).
Arbitres : MM. Tartare et Becht.
Spectateurs : 800.
Denain : Sauret 25, Minet 2, Brocheray 10, Mihalic 12, Lalugba 21, Quincy-Jones 16, Gacko 6, Bruyère 0, Belkessa 4. Fautes : 18.
Blois : Brochard 4, Alao 6, Williams 16, Blot 27, Grimm 15, Kolb 15, Williams 16, Arlin 0, Delourme 4. Fautes : 25. Éliminé : Kolb.

les réactions

NICOLAS FAURE '' On les a bousculés ''

« Je n'ai rien à reprocher à mes joueurs. On les a bousculés, mais on a perdu en clairvoyance sur la fin, notamment parce qu'il nous a manqué un joueur. Et ce manque de rotation nous a coûté sur les postes extérieurs. Je pense que cette équipe de Denain va aller au bout. »

MARC SILVERT '' On a provoqué ''

« Ça s'est joué sur le physique. Ils avaient une rotation en moins, et nous avons imposé un gros rythme. Les garçons ont provoqué tout le match. Ils ont fini par avoir le dessus. »

Pierre Brochard '' Bien fait déjouer ''

« On a fait une très bonne prestation, on les a bien fait déjouer. Ils ne savaient plus trop quoi faire à un moment donné. Mais ils avaient un ou deux joueurs de plus. Et je crois qu'on a fini par se cramer. »

w Article paru dans La Nouvelle République du dimanche 17 octobre 2010.

Commenter cet article