Challans/Denain, ce soir à 20h : vers une nouvelle dynamique ?

Publié le

Challans-Denain.jpeg

En route pour Challans ! Après avoir montré de bien jolies choses la semaine dernière face à Roche la Molière, notre équipe de Denain-Voltaire défie ce soir son homologue vendéen, sur son parquet, dans un match qui s'annonce décisif dans la course à la première place, actuellement détenue par les Bordelais. En cas de victoire, tous les espoirs seront encore permis ; en cas de défaite, en revanche, Bordeaux risque de s'envoler et Angers, victorieux jeudi du GET Vosges, de revenir sur nos Denaisiens.

À noter, hier, Saint-Étienne s'est fait surprendre sur son parquet par Brest (73-85) et Liévin dispose de Saint-Quentin (75-73).

ALLEZ VOLTAIRE !!!

 

Revue de presse

Les Denaisiens vont devoir remettre un bon coup de braquet

Denain-Voltaire s'est bien repris la semaine dernière après ses deux premiers revers initiaux en 2011. Mais les choses véritablement sérieuses commencent ce soir chez les Challandais pas au mieux mais toujours dangereux.

> Denain en chasse-patate (1) ? - Pour accrocher la première place de la saison régulière (synonyme d'accession), les Denaisiens sont quasiment condamnés au sans-faute, au moins jusqu'à l'opposition retour contre Bordeaux qu'ils talonnent à un point (2). Et le programme est copieux avec Challans, Angers et Orchies pour commencer. Le challenge proposé est relevé et terriblement compliqué. Le mieux, serait un coup de pouce bienvenu avec une ou plusieurs sorties de route des Girondins.

> Coup de pédale retrouvé ? - Marc Silvert a apprécié le sérieux développé pendant près d'une demi-heure contre Roche-la-Molière avant de faire tourner son équipe et voir le jeu perdre en consistance. Une séquence qu'il zappe volontiers, ne retenant que le fait d'avoir pu concerner tout (ou presque) l'effectif. Denain s'est rassuré sur le plan défensif, « une belle synergie » selon le coach, sur le plan collectif, « les garçons aiment être ensemble » et au niveau de l'adresse (6/12 à trois points). Une victoire à Challans donnerait un sérieux coup de fouet à la suite... mais un revers pourrait obliger à revoir la fin de la saison.

> Challans, roule sur la jante ? - La situation des Vendéens est loin d'être celle espérée en début de saison où Challans pensait lutter pour la première place. Malgré leur douzième rang, les Challandais continuent à regarder vers le haut et non pas vers une zone de relégation de plus en plus proche. La victoire la semaine dernière (Get Vosges) a évité à l'entraîneur Manu Body de se faire éjecter alors que l'équipe restait sur trois revers : le Centre Fédéral, puis surtout Saint-Chamond et Souffelweyersheim à domicile. Lâcher des matches de ce type, ce n'est pas bon signe et ça a tendance à hérisser le poil de l'entourage...

> Attention à la giclette.- Un peu morose, Challans n'en demeure pas moins une équipe à prendre au sérieux, capable de battre n'importe qui. Et pour elle, rien n'est perdu. Vus les faibles écarts derrière, une défaite contre Denain ne remettrait pas en question la volonté de jouer les play-offs mais provoquerait certainement du remue-ménage dans l'encadrement. C'est justement la réception d'un gros qui peut servir de déclic et pourquoi pas à ses deux renforts d'avant Noël : Oyono (intérieur, 5,2 points) et Girma (intérieur, 5 points), pour l'instant pas les détonateurs attendus.

Philippe Guilbaud

CHALLANS (12e, 28 points) - DENAIN (2e, 34 points), ce soir à 20 h. 20e journée. Aller : 82-59.

(1) Expression cycliste. Se dit d'un coureur intercalé entre les échappés qu'il n'arrive pas à rejoindre et le peloton.

(2) Recadré par la commission des finances, Denain pourrait perdre un point de plus. décision en appel le 4 février.

w Article et photo parus dans La Voix du Nord du samedi 29 janvier 2011.

 

Challans au carrefour de ses prétentions

La venue du 2e du championnat est l'occasion, pour Challans, d'en savoir plus sur son niveau. Et sur son destin...

Il y a, dans une saison et pour toute équipe sportive, des tournants, des carrefours, des moments clé, appelez cela comme vous voulez. En somme des rendez-vous à ne pas manquer. Des rencontres au terme desquelles une équipe en sait plus sur ce qui l'attend. Tout du moins des matches révélateurs. De vos moyens, de votre potentiel et de vos ambitions.

Dans ces rendez-vous, impossible de se cacher ni de tricher, les masques tombent et les caractères s'affirment. Challans, ce samedi soir, est incontestablement à un carrefour de ses prétentions dans son championnat de N1. Ce n'est un secret pour personne : le club vise la montée en Pro B. Problème, parce qu'elle accuse une balance négative dans son ratio victoires/défaites (9-10), l'équipe fanion du VCB pointe à une indigne 12e place.

« Nous ne sommes pas morts... »

Et c'est le 2e de la division, Denain, qui se présente, tout à l'heure, sur un parquet challandais où les habituels locataires auront l'interdiction de trembler. « Là, on a notre destin entre nos mains, lance le coach challandais, conscient d'avoir sauvé sa tête par la grâce d'un succès à Épinal vendredi dernier. Et une occasion de bâtir notre match référence. Il nous le faut. Pour que ça nous serve de déclic. Et pour montrer à nos adversaires que nous ne sommes pas morts... »

Non seulement parce que les Vendéens doivent se racheter devant leur public de leurs incompréhensibles défaites contre Saint-Chamond et, surtout, contre Souffelweyersheim, mais aussi car c'est bel et bien avec ce type d'adversaire que les joueurs de Manu Body doivent rivaliser. « C'est pour moi la meilleure équipe de N1, selon l'entraîneur vendéen. Avec un secteur intérieur énorme. On doit prendre des risques. Être présents tous ensemble dans le combat et dans l'intensité. Personne ne doit flancher. Et puis on a préparé des petits trucs tactiques... »

Car avant de rêver à l'accession, il faut assurer deux missions : se qualifier pour les play-offs puis s'ouvrir les portes du Final Four. Challans en est loin. Et le match contre Denain aura deux conséquences : l'en éloigner encore un peu plus en cas de défaite ou la relancer dans sa conquête des places 1 à 8. Alors mieux vaut tout de suite oublier la calamiteuse défaite du match aller : 82-59, le 17 septembre dernier pour le compte de la 3e journée...

Et tant qu'à faire, que les Challandais chassent aussi de leur mémoire, l'humiliation subie au Centre Fédéral, qui n'a gagné que 3 matches sur 19, et les deux claques reçues sur leur sol ces dernières semaines. « On a l'envie. On monte en puissance et collectivement, on se trouve mieux. Il faut gagner pour faire taire ceux qui ne croient pas en nous. »

Raphaël Bonamy

w Article paru dans Ouest France du samedi 29 janvier 2011.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article