« Blois et Denain : deux équipes qui se respectent » (Nouvelle Rép.)

Publié le

Denain - Denek Bat 18

Fidèle à mon habitude, je laisse le "tapage" médiatique sur "l'affaire Denain-Voltaire" de côté. Place au sport, uniquement au sport, et à un match de costauds et entre deux clubs "amis" que sont Blois et Denain. Mais au-delà de cette amitié et ce respect entre les deux formations, il y a donc ce match, celui qu'aucune des deux équipes ne doit perdre ce soir. L'ADA Blois est fin prête à recevoir les partenaires d'Antoine Belkessa ce soir, et à prendre sa revanche du match aller (victoire de Denain : 96-87). D'autant plus que Blois a besoin de points pour assurer sa place en playoffs en fin de saison.

Le sport est pour moi, pour nous (j'espère), plus important que tout. C'est le leitmotiv de ce blog depuis sa création en juillet 2009 : le sport, et rien que le sport. Nous sommes là pour supporter nos gars, notre équipe, pour l'emmener le plus haut possible. Et cela se poursuit donc dès ce soir, à Blois !

Ci-dessous, retrouvez deux excellents articles de présentation parus dans la presse... "adverse". Une presse qui, elle, parle au moins du match de ce soir (de son équipe, mais aussi de la nôtre avec un interview de coach Marc), et "que" du match de ce soir...

ALLEZ VOLTAIRE !!!

 

Revue de presse

 

Les yeux dans les yeux 
Blois et Denain : deux équipes qui se respectent et qui s'étaient livré un gros duel, lors du match aller. Pourvu que la revanche soit du même acabit... Si les Nordistes ont perdu quatre de leurs cinq derniers matchs à l'extérieur, ils forment une redoutable équipe. Que Nicolas Faure et l'ADA aimeraient bien faire chuter.
Le groupe blésois. Tout le monde sera sur pont, et pourtant... Kolb a ramené d'Epinal une grosse béquille et une petite entorse du doigt. Niktash souffrait d'un lumbago cette semaine et Alao d'une douleur à l'épaule. Ajoutez le genou de Brochard et le pied de Recoura, et la liste sera enfin complète. « Nous ne sommes pas épargnés cette saison, résume Nicolas Faure. C'est dommage, car on n'a pas vraiment pu avancer sur le plan collectif, ces derniers jours, mais il faut faire avec. »
Le match aller. Les Blésois avaient réussi un gros match, ne s'inclinant que dans les dernières minutes (96-87). « Nous avions longtemps été devant, se souvient Faure. Et pourtant, nous avions joué sans Recoura, tandis qu'Alao était passé à côté, finissant à 0 d'éval. Et, en plus, nous avions dû manquer sept lancers francs dans le dernier quart. Mais on avait regardé les Nordistes les yeux dans les yeux. »
'' L'objectif reste de jouer un quart à la maison ''
Denain. Longtemps au coude à coude avec Bordeaux, les Denaisiens ont perdu du terrain depuis deux mois. « Ils vont abattre leur dernière carte au palais des sports, affirme Faure. Si nous avions la bonne idée de gagner, ils seraient pratiquement éliminés de la course à la montée directe. » Mais attention, les Nordistes restent une équipe très dangereuse, avec de nombreux leaders offensifs. « Il y a toujours un joueur pour les sortir de l'embarras » poursuit le coach blésois, avant de citer pêle-mêle Brocheray, Lalugba, Sauret, Mihalic - on pourrait ajouter Quincy-Jones - autant de joueurs qui tournent à plus de 10 d'éval, en moyenne, cette saison.
Les premières places. Bordeaux est-il au-dessus du lot ? « Force est de le constater, répond Nicolas Faure. Ils restent sur 20 victoires en 21 matchs. »
Mais, derrière, tout ne reste-t-il pas encore possible ? « On a quand même cinq points de retard sur Denain, ça va être compliqué d'aller les chercher... Cela dit, l'idée de finir parmi les cinq premiers, on ne l'a pas oublié. L'objectif reste de jouer un quart à la maison, même si on a vu, la saison dernière, que ce n'était pas forcément un avantage. » Rappelons qu'une seule équipe avait réussi à s'imposer à domicile, Challans... vainqueur de Blois à la dernière seconde.
Les prétendants. Même si Saint-Quentin est en pleine déconfiture - sept défaites en huit matchs - les places de 3 à 5 restent très convoitées. L'ADA fait partie des postulants, avec l'avantage du point average particulier sur quelques concurrents directs.
Olivier Allègre
w Article paru dans La Nouvelle République du samedi 26 février 2011.


'' Il faudra un gros Denain pour gagner ''
Marc Silvert et ses joueurs sont arrivés hier en Loir-et-Cher. Le coach de Denain sait que son équipe n'a pratiquement plus le droit à l'erreur, si elle veut encore prétendre à la montée directe en Pro B
Quatre défaites à l'extérieur depuis le 11 décembre. « La première de ces défaites, nous l'avons subie à Saint-Quentin, se souvient Marc Silvert. On a été devant pendant 35 minutes, mais on finit avec une grosse maladresse extérieure. Ce soir-là, nous sommes tombés de haute lutte, dans une salle blindée, avec une grosse ferveur du public de Saint-Quentin. Ensuite on perd à Sorgues, après avoir mené de 17 points ; puis à Liévin, avec Desmond (NDLR : Quincy Jones) qui se blesse à une minute du coup d'envoi ; et enfin à Challans, après prolongation, et alors que Brocheray s'était blessé la veille de la rencontre. Quand vous êtes leader, vous êtes attendu de partout, cela sera le cas, ce samedi à Blois. »
La montée directe. « Bordeaux accumule les victoires, dont quelques-unes sur le buzzer, et n'a pas de blessés dans son groupe. Mais nous n'avons pas encore dit notre dernier mot pour la première place. Cela dit, si l'on devait perdre à Blois, et si Bordeaux gagnait dans le même temps à Anglet, la messe serait dite. On pourrait déjà se préparer aux play-off. Car je pense que l'on est à l'abri d'un retour des autres équipes. On a en effet trois points d'avance et le point-average favorable sur Angers. Et je vous rappelle que nous n'avons que le 12 e budget de N1 (750.000 euros). »
Le match à Blois. « Depuis deux semaines, nous avons retrouvé la dynamique qui était la nôtre en début de saison. Nous avons beaucoup appris de nos récentes défaites et je sens mon groupe très solidaire. Cela dit, il faudra un gros Denain pour gagner à Blois. Déjà, le match aller avait été d'un très bon niveau. »
O. A.

w Article paru dans La Nouvelle République du samedi 26 février 2011.

Commenter cet article