BC Orchies - Denain, un derby entre souvenirs, présent et avenir (VDN)

Publié le

Marc-Silvert-01-copie-1.jpg

Jour J pour ce magnigfique derby, tant attendu, entre nos Denaisiens et leurs hôtes, le BC Orchies. Nul doute que ce match sera un peu "spécial" pour le coach de l'ASCDVPH, Marc Silvert. Mais le passé est-il le plus important ? Sans doute pas. Ce soir, nos Denaisiens doivent avant toute chose restés accrocher au bon wagon, d'autant plus que Bordeaux n'a pas failli à son statut de leader de la NM1, hier soir, en dominant Angers.

Tous avec notre équipe pour ce derny du Nord entre Orchies et Denain !

ALLEZ VOLTAIRE !!!

 

Revue de presse

Marc Silvert retrouve Orchies, là où tout a commencé

Orchies et Marc Silvert, c'est une histoire d'amour qui a duré 25 ans. Ce soir, le technicien denaisien retrouve la salle qui a façonné sa vie de coach.

Revoilà la salle Léo-Lagrange ! « Ça fait bien une dizaine d'années que je n'y ai pas mis les pieds », estime Marc Silvert. Mais il en connaît toujours toutes les lignes, tous les angles. Vingt-cinq ans qu'il y a coaché pour écrire les premiers chapitres de la plus fabuleuse histoire du basket féminin dans le Nord.

> Monaco ou Orchies.- Rien de prémédité dans son parcours, mais des tournants... qui tournent bien. Le premier, celui qui l'amène à Orchies, c'est en 1976. « Je devais partir de Denain pour Monaco, mais pour une histoire d'indemnités, ça ne s'est pas fait. Je signe à Orchies en N3, avec l'idée de n'y rester qu'un an pour repartir en N1. » Âme de coach, il prend en mains l'équipe féminine, sans ambition sinon celle de se faire plaisir. « Elles étaient au plus bas, en dixième division. L'ambition, elle était pour les garçons. » Quand ils montent en N2, le président Robert Leroux est aux anges, mais faute d'un recrutement adequat, l'équipe redescend.

> Le short et le costume.- Deuxième tournant. « Je ne voulais pas repartir en N3 et j'avais une opportunité avec Grand Fort (ex-BCM), en N2. j'y ai vécu mes cinq plus belles années de joueur, avec une ambiance extraordinaire. » Mais Robert Leroux ne l'a pas lâché facilement, Marc Silvert continue donc sa progression avec les filles. « On est montés de 9 divisions en neuf ans, record national. » Avec une invincibilité de cinq ans. Et sans faire appel à des renforts extérieurs. « On est partis de l'équipe cadette qui a terminé demi-finaliste de la coupe de France. » Lui est avant-gardiste. Il s'achète un magnétoscope dès 1976, pour mieux décortiquer le jeu. « J'ai 2 500 cassettes de nos matches. » La logistique s'adapte aussi dans un ballet aussi curieux qu'extraordinaire. En cumulant les activités de joueur le samedi et coach le dimanche, on lui octroie un chauffeur, Daniel Dumont, qui parcourt la France pour l'amener le dimanche au lieu du match. Robert Leroux a senti que les filles seront le vecteur de la réussite.

À Riga pour prendre Semenova aux Russes.- En 1986, l'USON accède à la N1. « Première fois pour un club nordiste depuis quinze ans. je dois faire un choix. Être un vieux joueur ou un jeune coach. » Il enrôle sa première étrangère (Cummings). Pour les suivantes, il va lui-même les chercher. Wauters en Belgique, Jones au Canada et surtout, avant elles, Semenova (2,20 m) à Riga. « On était sept autour de la table : le ministère des sports soviétique, la fédération russe, le ministère letton, la fédération lettonne, le club de Riga, l'agence et moi. Des discussions de marchand de tapis pour savoir comment partager l'argent. Mais avec elle, même si elle a été blessée, on a pu faire venir des sponsors. » En 1991, après avoir dû jouer en coupe d'Europe à Lille et Valenciennes, il faut choisir. « Robert Leroux ne voulait pas. J'ai donc décidé d'aller coacher à Vichy. J'avais un train à 8 h. À 5 h, il m'appelle, il était OK. » Suivra le premier titre (1994). L'USVO devient ogre. L'aventure s'arrête en 1999, en même temps que le O d'USVO devient Olympic.

Philippe Guilbaud

Marc Silvert.- Né le 26 avril 1954 à Vitry-en-Artois. 1,98 m.

- Joueur : Denain (1972-76), Orchies (1976-80), Grand-Fort (1981-86).

- Entraîneur : Orchies et Valenciennes (1974-99), Namur (2000-02), Villeneuve d'Ascq (2002-04), Beauvais (2004-05), Namur (2005-07), Roumanie filles (2007), Denain (2009-...).

w Article paru dans La Voix du Nord (édition Valenciennes) du samedi 12 février 2011.

 

BC Orchies - Denain, un derby entre souvenirs, présent et avenir

ASC Denain-Voltaire Porte du Hainaut : il y a quelques semaines encore, cette équipe était redoutée et crainte par tous ses adversaires. Aujourd'hui, le respect est toujours là mais les adversaires ne se présentent plus en futures victimes. Les joueurs du président G. Wilczyk viennent de connaître quelques déboires avant de se ressaisir face à Angers.

La venue de Denain à Orchies demain constitue donc l'affiche de cette 22e soirée de championnat de N1. Rarement un match de basket aura suscité un tel engouement dans la Pévèle. C'est tout un « pays » qui sera derrière les Bleu et Blanc du président Ludovic Rohart. Deux clubs mythiques, deux entraîneurs qui ne le sont pas moins et des chemins qui s'entremêlent... Deux entraîneurs qui s'apprécient, deux purs Ch'tis.

> Marc Silvert, le Denaisien, 53 ans, est né à Loffre, près de Douai et fait ses études au lycée de Somain. Il réside à Loffre.

- Son parcours : vice-champion d'Europe junior de saut en hauteur, champion de France de motocross catégorie 125. Il a débuté le basket comme joueur à Dechy, puis entraîneur à l'USON en 1975, puis de 1986 à 1999, US Valenciennes-Orchies 2000-2002, BCSS Namur 2002-2003, Villeneuve-d'Ascq 2004-2005, Beauvais (Pro B M.) 2005-2007, BCSS Namur 2009, arrivée (ou retour) à Denain. Champion de France avec les filles de l'USVO en 1994, champion de Belgique avec le BCSS Namur en 2001 et 2002, et 2006, 2007 avec le Dexia Namur et demi-finaliste en 1995 et 1998 en Euroligue de basket avec le plus petit budget européen de la compétition !

> Philippe Namyst, l'Orchésien, est né à Courrières près de Lens et fait ses études au lycée de Gondecourt. Il réside au Fort Vert à Calais. Fait ses débuts dans le basket à Libercourt puis devient joueur-entraîneur à Phalempin. C'est lui qui a marqué le plus l'histoire du club COB Calais. Il prit ses fonctions en N2 pour rendre les clés 7 ans après, alors que les Calaisiennes venaient de disputer la coupe d'Europe Ronchetti.

- Son parcours : entraîneur en Ligue féminine à Calais, entraîneur PRO B Rueil, champion de France N1B 1998, assistant PRO A Nancy, entraîneur Gravelines PRO A puis au Lille MC (champion de N1 en 2010) puis à Orchies.

Marc Silvert a joué les coupes d'Europe avec Denain en temps que joueur de 1971 à 1975 puis avec ses filles de l'USVO, a participé aux Finals four et a gagné 4 tournois de la Fédération. Deux joueuses l'ont marqué à savoir la Marchiennoise Françoise Lagache et l'Américaine Alissa Johns.

Philippe Namyst a permis à Lille d'atteindre la Pro B et d'y faire deux saisons remarquables. Son plus beau titre, il l'a obtenu avec l'équipe de Nancy lors de sa victoire au Tournoi des as. Un joueur l'a particulièrement marqué : Diazon Pétrovic, hélas décédé.

Jacques Ovart (CLP)

w Article paru dans La Voix du Nord (édition Douai) du vendredi 11 février 2011.

Commenter cet article