Marc Silvert : « On s’est bien repris » (Vosges Matin)

Publié le

GET-Vosges-03.jpeg

Avec pas mal de retard, mais voici les articles parus hier et aujourd'hui dans le quotidien Vosges Matin. L'occasion d'avoir la vision des journalistes vosgiens sur la rencontre brillamment remportée par nos Denaisiens, en déplacement vendredi soir à Epinal (victoire donc : 56-72).

A noter : dernière diffusion du match sur Vosges Télévision : ce lundi 21 novembre à 11h30. Vous pouvez le visionner sur le site (www.vosgestelevision.tv) ou sur votre box (sur Free, c'est sur le canal 227^^).

ALLEZ VOLTAIRE !!!

 

Revue de presse

 

Le GET s'est trompé d'adresse

GET Vosges 04Il y a des chiffres qui parlent facilement à l’issue d’une rencontre de basket. Ceux du GET Vosges face à Denain au Palais des sports n’ont rien de réjouissants et peuvent même paraître catastrophiques. A la pause, les Gétistes avaient une réussite au tir de seulement 28 % (dont 2/11 à 3 points) contre 52 % pour Denain, qui à défaut de trouver la distance à trois points, était adroit à mi-distance. A la fin du troisième quart-temps, cette adresse chutait à 24 % (51 % côté Nordistes) pour atteindre à la fin du match 32 % (dont un invraisemblable 3/27 derrière la raquette !!!). Excusez du peu.

Avec de telles statistiques difficile dès lors pour les hommes de Laurent Mathis de rivaliser avec l’actuel leader de Nationale 1, qui voulait se racheter de sa défaite la semaine dernière à Souffel.

Les Nordistes prenaient ainsi les commandes de la partie par Lalugba et Brocheray dès les premières secondes. Le GET Vosges répliquait grâce à Lema puis Galette (12-11, 5 e). A défaut d’adresse extérieure comme c’était le cas à Denek Bat (80 % de réussite), les hommes de Marc Silvert appuyaient à l’intérieur et conservaient un avantage de cinq points au terme des dix premières minutes (16-21).

Cette avance était maintenue dans le 2 e quart-temps. Plus présents, les Nordistes poursuivaient leur marche en avant. L’entraîneur vosgien, Laurent Mathis, décidait alors de faire rentrer Lema à la place d’Housieaux qui permettait aux siens de recoller au score (21-23, 15 e). Un retour qui s’avéra de courte durée. Denain, sans s’affoler, creusait de nouveau l’écart (23-33, 17 e) pour compter 13 longueurs d’avance à la pause (25-38) grâce ses 62 % de réussite à deux points contre 27 % pour le GET Vosges.

Sans Lema, c'était la catastrophe

La deuxième période commençait comme la première mi-temps avait terminé : un concours de ballons perdus et de tirs ratés côté Vosgiens (27-45, 22 e). Sans Lema, le seul à évoluer à son niveau, la correction aurait pu être encore plus grande lors de ce troisième quart-temps. Marc Silvert, en tant que vieux sorcier du basket nordiste, demandait à ses hommes de pousser encore et toujours pour rester maîtres de la situation. Laurent Mathis essaya tant bien que mal de trouver des solutions à cette absence totale de réussite et de jeu. En vain (33-52, 30 e).

Toujours aussi indigent malgré quelques tentatives réussies de Lema, le seul à surnager parmi ses neuf autres partenaires, le GET prenait l’eau à l’entame des dix ultimes minutes (-24, 33 e). C’est à cet instant précis que Denain se décidait à laisser un peu plus d’espace. La réussite revenait peu à peu. Les tentatives de Lema (encore lui), Housieaux et Nelaton permettait aux Vosgiens d’espérer quelques instants (54-65, 37 e). Mais Marc Silvert, en tant que technicien avisé, replaçait ses joueurs au niveau défensif pour donner plus de relief à leur victoire, déjà acquise depuis bien longtemps (56-72).

Pour le GET, cette défaite doit faire prendre conscience des limites actuelle d’un effectif trop instable sur le plan du jeu, qui a semblé perdu dans son antre du Palais des sports, que Laurent Mathis voulait en début de saison qu’elle devienne infranchissable. Les Vosgiens devront retrouver les clés dans deux semaines contre Saint-Quentin afin de ne pas se retrouver en bien pale posture.

Xavier Czaja

 

« Nous avons été absents »

 

Laurent Mathis, entraîneur du GET Vosges : « Mes joueurs dits « majeurs » ont été totalement absents. Ils ont lâché complètement. Ils n’ont pas pris leurs responsabilités. Cela fait deux matchs que c’est comme ça. On a trop eu de déchets et face à une telle équipe, ça se paye cash. Heureusement que Lema et Housieaux sont là, sinon cela devenait une correction. On ne doit pas perdre de cette façon dans notre salle, ne serait-ce que pour notre public. »

Marc Silvert, entraîneur de Denain : «  On a bien pris Strong, Gotagni et Gourde. Ensuite, on les a empêché de prendre leurs tirs dans des situations convenables. Résultat, on remporte une belle victoire. Je suis vraiment enchanté par la prestation de mes joueurs après notre première défaite de la saison contre Souffel. On s’est bien repris. »

w Article et interview parus dans Vosges Matin du samedi 20 novembre 2010.

 

Inquiétant... ce GET Vosges

 

Où va le GET Vosges ? Cette question, les quelque 800 spectateurs ont dû se la poser vendredi soir en quittant le Palais des sports sur les coups de 21 h 40 à l’issue d’une deuxième défaite consécutive à domicile, sans y mettre la manière contre Denain (56-72). Certes, les Nordistes sont leader de Nationale 1 et candidats déclarés à l’accession.

Mais à la moindre difficulté comme une adresse défaillante, et c’était déjà le cas dans son antre du Palais des sports contre Brest (65-77) il y a un mois et face à Saint-Etienne (63-66) le 12 novembre dernier, les joueurs sombrent. Un dur constat pour Laurent Mathis, qui tente de trouver des solutions, pour l’instant sans succès.

LA FAILLITE DES JOUEURS MAJEURS. - Strong (2 points, 0 d’évaluation), Sani (5 points, -1 d’évaluation), Gourde (4 points, 2 d’évaluation). Les joueurs cadres ont été transparents vendredi soir comme une semaine auparavant face à Saint-Etienne. «  Qu’on passe au travers d’un match, ça arrive, mais pas deux fois. Face à Denain, on s’attendait à souffrir. Donc hormis la prestation d’ensemble du groupe, je n’ai pas de regrets. Ils étaient plus forts que nous. Mon gros regret, c’est notre défaite contre Saint-Etienne. On ne doit pas perdre ce match. C’est une rencontre que les cadres ne peuvent pas se permettre de rater », affirme le technicien vosgien en pointant du doigt les prestations de Tahirou Sani ou encore de son capitaine Danny Strong. Seul A’nsi Lema paraît évoluer à son niveau et à une moindre mesure le meneur Ronald Galette, ou Martial Gotagni qui répond présent presque à chaque fois.

UN BANC PAS ASSEZ CONSISTANT. - Laurent Mathis voulait un cinq majeur fort et des joueurs de rotation. Force est de constater que Yohann Jacques, James Wade ou Maxime Nelaton ont peu d’influence sur le jeu. Un homme, habitué du banc en début de rencontre, s’affirme pourtant de plus en plus : Tony Housieaux. « C’est une bonne surprise », avoue le technicien vosgien. La seule pour l’instant.

UN JEU TROP PRÉVISIBLE. - Marc Silvert, le gourou denaisien, l’avait remarqué à la vidéo. «  Comme le GET Vosges joue un jeu rapide et que ses joueurs tirent dans toutes les positions, il fallait bloquer les gros scoreurs que sont Strong ou Sani. J’ai insisté là-dessus en préparant le match. J’ai aussi demandé de faire attention à Gourde, qui peut faire mal dans la raquette. Et on voit le résultat », avouait satisfait l’ancien entraîneur des filles de Valenciennes-Orchies à l’issue de la rencontre.

UNE ADRESSE EN BERNE, UN MORAL DÉFAILLANT. - 32 % de réussite au tir dont un terrible 3 sur 27 à trois points, ce n’est pas suffisant pour espérer s’imposer. Laurent Mathis en est parfaitement conscient. « Mais ce sont les joueurs qui sont sur le terrain. Et là-dessus, je ne peux strictement rien faire. » Le changement de système de jeu, plusieurs fois observé, n’a pas eu les effets escomptés. Vu le nombre de tirs (72), certains spectateurs ont cru assister à un concours de ball-trap ! Et face à cette adresse fuyante, certains joueurs ont tendance à forcer leurs tirs ou fuir leurs responsabilités.

UN PALAIS DES SPORTS TROP ACCUEILLANT. - A l’intersaison, Laurent Mathis misait beaucoup sur une invincibilité à domicile. Aujourd’hui, le GET compte déjà trois défaites chez lui pour sept rencontres. C’est déjà beaucoup trop pour espérer jouer les play-off. « Je suis vraiment déçu pour le public qui est revenu en nombre au Palais des sports, soulignait vendredi soir Laurent Mathis. On ne doit pas se permettre ce genre de prestation devant notre public. » Les Vosgiens devront donc rattraper les points perdus à l’extérieur. Vendredi, à Bordeaux, deuxième du groupe, cela s’annonce déjà difficile. Et quand on sait que Saint-Quentin, autre candidat à l’accession, se déplacera dans deux semaines à Epinal alors qu’un déplacement au Puy, le nouveau club d’Olivier Hirsch, potentiel adversaire des Gétistes pour une place en play-off, est prévu mi-décembre, on peut s’attendre à quelques matchs difficiles.

A moins que la confiance revienne d’un coup comme c’était le cas en octobre avec la série de quatre victoires consécutives (coupe de France comprise). Une clé qu’uniquement les joueurs vosgiens détiennent...

Xavier Czaja

w Article paru dans Vosges Matin du dimanche 21 novembre 2010.

Commenter cet article