Denain/Le Puy, des promus qui ont faim de victoires !

Publié le


Voici la revue de presse du lundi. La 4e journée de championnat terminée, les yeux sont aujourd'hui rivés sur les deux premiers du classement général de N1M : Le Puy (2e) et surtout... Denain-Voltairre (1er). Promus à l'intersaison, ces deux équipes réalisent un sans faute : 4 victoires pour autant de matchs joués. Le Puy s'impose dans la douleur face à Blois qui effectue une grosse remontée en fin de match, et nos Denaisiens disposent de Reims dans le money-time. Mais cette fin de semaine, une seule équipe sera encore invaincue. Les supporters des deux équipes, surtout ceux de notre équipe de Denain-Voltaire, ont rendez-vous samedi à 20 heures, salle Jean-Degros, pour le match des leaders invaincus : Denain/Le Puy. SOYEZ NOMBREUX !


Le Puy et Denain dictent le tempo
Avec un bilan de quatre victoires et zéro défaite, Le Puy et Denain poursuivent leur bon début de saison. Ce week-end, les surprenants promus ont enregistré leur quatrième succès d'affilé respectivement face à Blois (87-84) et à Reims (68-65). A l'inverse, Denek, Saint Chamond et le Centre Fédéral n'ont toujours pas ouvert leur compteur de victoires.
Résultats de la 4e journée
Cognac 95 - 89 Denek Bat Urcuit  
Longwy Rehon 55 - 94 Saint Quentin 
Le Puy 87 - 84 Blois 
Liévin 63 - 67 Angers BC 
Reims 65 - 68 Denain 
Boulogne 74 - 59 Châlons en Champagne 
St Etienne 63 - 67 Get Vosges  
Centre Fédéral 63 - 71 Challans 
St Chamond 61 - 63 Angers EOSL

w Article et photo parus sur le site de la FFBB le dimanche 27 septembre 2009.

Denain dans le money-time
Au moment d'armer leurs shoots derrière la ligne des 6,25 m, les hommes de Laurent Gaudré n'ont pas fait preuve de sérénité.

Les Denaisiens en ont profité pour insister avec leur zone match-up.

Bestron et Cie n'ont trouvé le chemin du cercle qu'à trois reprises dans l'exercice du tir à longue distance (sur 28 tentatives). La faillite de Stankus (0/7) n'a pas arrangé les affaires de Reims, encore moins sa gestion du money time.

Sous la baguette de Minet, qui menait le jeu de Charleville en Pro B la saison dernière, et les valeurs sûres Torson et Bach, les Nordistes ont rapidement posé la main sur la partie (10-18, 9e puis 12-18, 10e).

Christophe et El Amrani se battaient comme de beaux diables. Pas toujours avec réussite mais ils relançaient les actions des Rémois qui signaient un 13-0 (20-18, 12e).

L'impeccable Bach relançait la machine, Gacko exploitait les oublis défensifs rémois et la marque s'équilibrait. La zone compacte de Denaisiens contrariait les propriétaires des lieux en panne d'adresse périphérique (1/13 à la pause).

Quelques rebonds offensifs de Bestron laissaient croire que l'affaire était pliée (50-40, 25e). Minet provoquait la défense rémoise et l'écart fondait (52-47). Dans l'ultime quart, Marc Silvert grandissait son équipe ce qui perturbait les gâchettes (63-63). Un rebond offensif de Torson les plaçait devant. Les Rémois négociaient mal leurs dernières possessions et abandonnaient la victoire aux Denaisiens.
YVES DOGUÉ

w Article paru dans La Voix des Sports du lundi 28 septembre 2009.

« Trop fébriles »
Laurent GAUDRÉ (REIMS) : « Ce qui me gêne le plus, c'est notre manque de discipline. Même à 3 sur 28 à trois points, on aurait pu le gagner ce match. Leurs changements de défense nous ont perturbés. Pas surpris. Lors des dernières possessions, on a pu voir qu'on était fébrile. Denain était conquérant ».
Marc SILVERT (DENAIN) : « Notre plan a fonctionné. On avait attribué quatre étoiles à Atamna. On l'avait ciblé. Notre défense, une zone match-up, a bien perturbé le RCB mais elle nous a coûté quelques rebonds. Notre force ne pouvait être que collective ».
w Réactions parues dans L'Union du samedi 26 septembre 2009.

Victoire dans la souffrance de l'ASM Basket face à Blois
L'ASM vole de victoire en victoire, mais découvre aussi que le chemin de la N1 est semé d'embûches. La preuve en a été donnée samedi soir avec un match achevé dans la souffrance par les hommes de Jean-Michel Sénégal.

C'est dans une ambiance survoltée, devant un public nombreux, que les joueurs de l'ASM ont affronté l'ADA Blois Basket sur le parquet du Palais des Sports. Rapidement, les Asémistes ont fait courber l'échine de leur adversaire, et menaient bientôt avec une dizaine de points d'avance. Bien, mais pas suffisant, comme allait le prouver la suite des événements. Les Blésois en vert ne s'en laissaient pas conter et grignotaient l'avance des Blancs, dont la fin de partie allait s'avérer particulièrement délicate.

À quelques minutes de la libération, les Ponots menaient d'un infime petit point, 85 à 84. La tension (et le raffût) allait crescendo dans les tribunes, la moindre action de l'ADA Blois étant sanctionnée par des sifflements réprobateurs, alors que les basketteurs de l'ASM étaient encouragés à pleins poumons. C'est finalement à Julien Cortey que reviendra l'honneur de clore la partie en beauté en inscrivant les derniers points de l'ASM. Quelle frayeur cependant !

À l'issue du match, Jean-Michel Sénégal dressait le bilan : "Le Puy a mené pendant quarante minutes, puis on est revenu sur terre dans la deuxième mi-temps. On a réussi à garder l'essentiel, c'est-à-dire la victoire, mais il faut bien se dire que les matchs comme Saint-Quentin ne se reproduiront pas souvent" [Ndlr : victoire 97 à 69]. Le coach des blancs se félicitait également de ses joueurs : "On a su s'arc-bouter, résister, trouver les ressources... C'est la marque d'une bonne équipe". Le défi de la N1 semble donc être à la hauteur de la formation ponote, comme le confirme Jean-Michel Sénégal : "On a gagné contre trois bonnes équipes, on a notre place en N1. Maintenant, le championnat est long. Certaines équipes vont changer d'effectifs, d'autres vont se renforcer".

Les hommes du match sont sans conteste la nouvelle recrue serbe Jovan Stefanov, meilleur marqueur du match tous bords confondus avec 22 points, et l'inévitable Julien Cortey, qui donne sans doute la victoire à son équipe en réussissant six lancers francs sur six.

JBB
w Article paru sur le site Zoom 43 le dimanche 27 septembre 2009.

Commenter cet article