CA Saint-Étienne : certains clubs prêts au boycott

Publié le


L'affaire Saint-Étienne n'est pas encore terminée. Ci-dessous, un article paru dans Ouest-France. Certes le club stéphanois est en N1, mais certains présidents menacent de boycotter leur future confrontation en guise de contestation des dernières décisions prises par la Fédération française. Notre club n'est pas directement concerné, le match aller contre les Stéphanois n'étant prévu que le 9 janvier prochain (on a le temps de voir venir !). Mais Angers BC 49 (son coach Mickaël Hay en photo), premier club à recevoir Saint-Étienne ce samedi, pourrait ne pas jouer son match. Une polémique qui enfle donc, en attendant les prochains évènements...


Saint-Étienne repêché, les présidents irrités
Jouera, jouera pas ? A l'heure actuelle, Mickaël Hay ne sait pas si son équipe se présentera sur son parquet samedi soir pour affronter Saint-Étienne. : Sébastien Aubinaud.

Nationale 1. Les Stéphanois ont récemment obtenu l'accord d'évoluer en N1. Une décision qui ne plaît pas aux autres clubs, qui menacent la Fédération de boycott.

Contexte. Huitième de la saison régulière en Pro B la saison passée, le Saint-Étienne Basket, en proie à d'importants soucis financiers, est dissout. Suite à la décision de la Ligue nationale, puis de la chambre d'appel de la Fédération française de basket-ball de ne pas renouveler l'engagement de Saint-Étienne en Pro B, le club forézien avait saisi le Comité national olympique et sportif français en conciliation avant tout recours devant le tribunal administratif. Le conciliateur a alors proposé à la Fédération un audit général de l'association avant de se prononcer sur le niveau d'engagement. Malgré des finances à l'équilibre, au terme de la saison 2008-2009, et un budget cohérent pour la saison à venir, les instances fédérales ont confirmé la semaine dernière, leur décision de ne pas maintenir Saint-Étienne en Pro B. Le club stéphanois évoluera donc en Nationale 1, un championnat qui a repris ses droits il y a déjà 15 jours, aux côtés des deux formations angevines.

 

Fronde. Pour l'ensemble des présidents de N1, cette décision tardive de la fédération est la goutte d'eau qui fait déborder le vase. « La fédé nous prend pour des abrutis. Il faut un minimum de respect envers les clubs », clame Mickaël Hay, l'entraîneur de l'ABC. Les causes de cette colère ? Le manque de clarté et les trop nombreux atermoiements dont a fait preuve la FFBB tout au long de l'été. Léger flash-back. Fos, qui devait poursuivre en N1, est finalement monté en Pro B, Besançon, rétrogradé dans toutes les divisions une à une a été mis en liquidation judiciaire, Longwy, relégué de N1 la saison passée est revenu faire le nombre cette année...

Pour l'ensemble des dirigeants de N1, l'imbroglio stéphanois est celui de trop. « On n'a rien contre Saint-Étienne, avance Hay. Mais c'est comme pour la règle des moins de 21 ans, la fédération ne nous demande jamais notre avis. On ne peut pas toujours être de gentils moutons. Sur le communiqué de la fédé, il est écrit que Saint-Étienne n'est pas accepté en Pro B pour des raisons d'éthique et de morale sportive. Ca veut dire qu'on est de la m... (sic) »

Outre l'absence de concertation, les présidents mettent en avant les conséquences que pourrait avoir ce repêchage. Selon eux, il est de nature à fausser le championnat dans la mesure où Saint-Étienne a la possibilité d'opérer un recrutement de qualité à une période de la saison où de nombreux joueurs de qualité sont libres et moins onéreux.

Boycott. Depuis l'annonce de la qualification de Saint-Étienne en N1, échanges de mails et appels téléphoniques sont fréquents entre présidents de club, désireux de contre-attaquer et d'exprimer leur ras-le-bol. Réunis à Paris en milieu de semaine dernière, 12 d'entre eux ont voté le boycott de toutes les rencontres face à Saint-Etienne. « Les 16 présidents sont pour le boycott », affirme même Mickaël Hay, particulièrement concerné par cette histoire. Et pour cause, ses hommes sont censés recevoir... Saint-Étienne samedi à l'occasion de la 3e journée et du premier match des Foréziens. « Est-ce qu'on jouera ? Je n'en sais rien, dit Hay. Les présidents ont donné leur accord verbal pour le boycott. Etant les premiers à jouer Saint-Étienne, on attend un accord écrit, qu'on ne soit pas les dindons de la farce. Si les présidents font marche arrière, on jouera samedi. De toute façon, on s'y prépare. »

Une situation que ne comprend pas le président stéphanois, déterminé à jouer samedi. « On ne sait pas si on jouera. On y va comme si de rien n'était. J'ai réservé l'hôtel, la salle pour s'entraîner samedi matin. Tout est bon. Nous partons vendredi à midi », affirme Lillo Bisaccia. Hier, à la fédération, on n'était visiblement pas informé de ce qu'il se trame. « Saint-Étienne est inscrit en N1, personne ne fera machine arrière, avançait-on à Paris. Si les clubs boycottent, ce sera considéré comme un forfait. Dans ces cas-là, Saint-Étienne terminera champion sans jouer. » On n'en est pas là. Affaire à suivre...

Clément HÉBERT.
  • Article et photo parus dans Ouest-France du mercredi 15 septembre 2009.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article